Il faut de tout pour faire un monde, dont une playlist de la semaine

Capture d’écran du live acoustique de Feu! Chatterton pour « Avant qu’il n’y ait le monde « 

De Feu! Chatterton à KCIDY, de Vaarwell à Clouds Nothing et de Nils Frahm à Altin Gün, la playlist de la semaine contient presque tout ce qu’il faut pour faire un monde.

Avant qu’il n’y ait le monde, il n’y avait rien. Puis vint la beauté, celle des textes et des nappes de synthétiseur évanescentes de Feu! Chatterton, qui est en passe d’achever la construction de son tant attendu Palais d’Argile. 

Découvrez notre playlist sur Spotify, Youtube, Apple Music et Deezer :

Apparurent alors la douceur, qu’elle soit mélancolique comme chez Elle voudrait, dernière comptine dévoilée par Clio ou ombreuse, dans fall back, du duo londonien Vaarwell ; et le groove, celui plein de nonchalance des belges de Balthazar (qui vient de lever le voile sur Sand) dans Leaving Antwerp ou celui plus raffiné de Purely Educational, dernier cocktail confectionné par Elder Island.

Il y eut ensuite la Banane (bleue), celle que Fràncois And The Atlas Mountains nous met sur le visage avec Julie et son dernier album sorti ce vendredi. La fougue, celle de Maxïmo Park sur Why Must A Building Burn ?, et la torpeur, causée par la résonance du piano de Nils Frahm et son O I End de toute beauté. 

Vinrent les ombres, celles dans lesquels dansent Chromatics et Melawati dans le remix de Shadows – qui vient de recevoir sa deuxième fournée de réinterprétations en trois ans – puis la puissance, celle des choeurs de Son Lux, qui annonce la clôture de sa trilogie musicale avec A Different Kind Of Love.

Mais il manque encore beaucoup de choses pour faire un monde. Il faut un peu d’ennui, conté par KCIDY qui vit ses rêves en vrai, Fantomes qui se balade dans la ville la nuit ou Dude Low et son Post Party Blue. Une pointe de nostalgie, elle qui habite chacun des morceaux de The Reds, Pinks and Purples. Mais aussi une bonne dose de sensualité dont s’est abreuvé Saint DX pour Can’t get You

Rajoutez aussi de la folie, celle de JP Goulag et du très grungy Let Me Know Now, mais aussi de la tension, offerte par le dernier album de Cloud Nothings, The Shadow I Remember. Il manque enfin cet ingrédient essentiel qu’est le métissage, celui d’Altin Gün qui, avec Yol, continue d’hybrider musiques traditionnelles d’Anatolie et synth pop, et celui de Mathieu Boogaerts, exilé à Londres pour la création de son album En Anglais, mais qui n’a pas oublié son attachant accent français. 

Avec tout ça, vous n’aurez sans doute pas un monde, mais ça fait quand même une très bonne playlist de la semaine

Abonnez-vous à notre POP NEWS hebdomadaire ici.

Article : Jules Vandale – Playlist : Seril Farran & Jules Vandale

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus