Personne ne couvrira le feu brûlant des clips de la semaine

Extrait du clip de Bamao Yendé feat. Le Diouck – Marvin Gueye.

Vous avez dit nouvelles restrictions ? Pour vous, on a un paquet de bons sons. De Bamao Yendé à La Femme en passant par Françoiz Breut, voici venue votre fournée hebdomadaire des clips de la semaine. Une bonne nouvelle !

La Femme – Foutre le bordel

A chacun de leurs clips, on crie au grand retour, mais promis cette fois on s’en rapproche, vraiment. C’est ce vendredi que La Femme a délivré une nouvelle merveille du nom de… Foutre le bordel, ça laisse rêveur n’est pas ? Et pour cause, la vidéo psychédélique et autoproduite donne le tournis. Le quintette français nous offre ici le 4ème extrait de son prochain album Paradigmes prévu pour le 2 avril prochain ! D’ici là, papa Castex aura peut-être levé la punition… qui sait ?

Thylacine – 1978 feat. Yan Wagner

Thylacine s’entoure de Yan Wagner sur le titre 1978. Extrait de la bande originale de la nouvelle série Canal + Ovni(s), ce sulfureux hommage aux 70’s nous transporte grâce à la voix chaude du songwriter et réalisateur français. Pop et vintage, c’est le genre de morceau à jouer sur le retour à la maison (avant 18h), coucher de soleil sur la plage arrière : « Coup d’œil dans le rétro » !

Bamao Yendé – Marvin Gueye feat. Le Diouck

Le Diouck princier ! Aérien et dansant sur une production du chef d’orchestre de Boukan Records, Marvin Gueye (appréciez le génial titre) trouve enfin son clip, un an après sa sortie. Présent sur l’EP 55 degrees des deux compères, le titre parle d’errements amoureux. Tous deux membres du prometteur trio Nyokô Bokbaë (avec le troisième Boyfall) dont on attend avec impatience un projet commun, le clip de Marvin Gueye, génialement réalisé par Vincent Catel est une bouffée d’amour saupoudré de mélancolie dansante, alerte chef-d’œuvre !

L – L’étincelle

Le L Friday continue ! Celle qui nous a offert une interview à l’occasion de la sortie son nouvel album Paysages délivre un magnifique clip. Féministe jusqu’au bout de la flamme et tout en animation, L’étincelle s’ouvre sur une citation du film L’une chante, l’autre pas de la regrettée Agnès Varda. La principale intéressée précise et contextualise : « Le jour où Adèle Haenel s’est levée de son siège, et a quitté la salle, j’ai écrit quelques lignes, guidée par l’émotion que son geste m’avait insufflée. Le texte s’est transformé en chanson, que j’ai voulu façonner comme un hymne, pour qu’il donne envie de se lever, de rejoindre les luttes, d’être ensemble, debout, fières. La chanson s’appelle L’étincelle. »

Alban Claudin – It’s a Long Way to Happiness

Pour son deuxième single Alban Claudin délivre It’s a Long Way to Happiness. Un titre qui regorge de messages, aussi bien philosophiques que politiques. Réalisé par Maxime Charden, ce nouveau morceau, symbolique et touchant, est une franche réussite Alban.

Gisèle Pape – Les nageuses

A la croisée de la ritournelle et de la chanson française, Gisèle Pape navigue à vue. Son nouveau titre Les nageuses, qui fait office d’en-cas avant la sortie de son album prévu pour le dernier vendredi de janvier, éclabousse. La chanteuse originaire de Belfort dénonce des faits vieux de près de 50 ans mais toujours aussi révoltant. En 1976, alors que l’Est de l’Allemagne est sous la joute communiste, les Jeux Olympiques d’été se déroulent à Montréal. Dopées à leur insu, les nageuses est-allemandes raflent toutes les médailles sur leur passage et rentrent ovationnées par toute la planète Natation. Bourrées de stéroïdes et d’hormones masculines, ces femmes auront toutes des séquelles physiques et psychologiques par la suite. Cette histoire de dopage d’état affectera jusque leur progéniture avec des taux d’handicaps élevés. Une aventure dont il faut se souvenir et un énième exemple d’instrumentalisation du corps de la femme dans l’Histoire. Merci Gisèle.

Charlotte Cardin – Daddy

Après le carton de Passive Agressive en septembre dernier (dont on vous parlait à l’époque bien sûr), Charlotte Cardin embraie. Annoncé depuis, son premier album devrait voir le jour en ce début d’année 2021. Alors qu’elle a révélé mercredi dernier durant une conversation avec ses fans en live sur Youtube que ce dernier sortira en avril, Daddy semble être le deuxième extrait. Ce son parle de bisou, de crush encore de bisou et à nouveau de crush. Entrainante et nonchalante, la montréalaise est plus qu’attendue, et pas que par nous.

Alicia. – Encore temps feat. Tsew the kid

Réalisé par Lokmane, l’association entre Alicia. et son pote Tsew the kid est géniale. La jeune femme confiera : « Ce titre, c’est qu’il montre une autre facette que l’on n’expose pas souvent, celle de la femme qui essaye tout pour parvenir à ses fins malgré, alors que l’homme en face n’est pas réceptif. Cela représente en quelque sorte ma philosophie : Je persévère quoi qu’il arrive« . Une jolie vision qui l’amènera surement très loin. Au sortir d’une année 2020 bien remplie pour la jeune chanteuse avec un premier EP SKO en juillet dernier et une collaboration sur le dernier album de Grand Corps Malade, Alicia explosera, on n’en doute pas.

Rilèsundayz – Number one

C’est sorti ! Rilès a enfin rendu public sa Family business, vol. 1. Joliment entouré de Younès, Leone et Terry, cette première mixtape a pour but d’être la carte de visite du nouveau label Rilèsundayz et c’est une franche réussite. Homogènes et transversaux, les 10 titres de l’EP sont accompagnés de la sortie du clip de Number One. Enveloppé d’une irrésistible flûte, visitez l’hôtel des désirs et des refrains entêtants, c’est par ici !

Françoiz Breut – Mes péchés s’accumulent

C’est blanc, reposant et enivrant. Françoiz Breut bouge au ralenti, se colle au mûr puis s’étire. Extrait de Flux Flou de la Foule à paraître le 9 avril prochain, Mes péchés s’accumulent est une caresse. « Je voulais quelque chose de lascif, de chaud sur l’exploration des corps en les considérant comme des paysages. C’est la seule chanson d’amour du disque. »  Non ! Françoiz aime nous, tous les jours et à jamais, s’il te plaît !

Abonnez-vous à notre POP NEWS hebdomadaire ici.

Maxime Verdeille

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus