Les clips de la semaine sont pleins de drôles d’oiseaux

Crédits : “Oiseau de nuit”, par Moutarde & Miel

Avec Moutarde & Miel, Veik, L’Impératrice, Angle Mort & Clignotant ou Seppuku, les clips de la semaine regorgent de drôles d’oiseaux – de bonne augure, on vous rassure.

Moutarde & Miel – L’Oiseau de Nuit

Le duo Moutarde & Miel, composé de Julia et Robin – peut-être n’ont-ils pas de nom de famille –, est un drôle d’oiseau. Un oiseau vivant au rythme des hiboux et nichant dans des nébuleuses au sein desquelles il pioche les ingrédients nécessaires à la confection de sa pop sensuelle et envoûtante au doux parfum de néo-soul. Un oiseau bipède qui se balade “seul dans le bois de Vincennes” dans un clip énigmatique et fait-maison, issu de la démarche des deux comparses à proposer un objet créatif total, mobilisant autant l’ouïe que le regard. Et quand on sait que leur projet Surprise ! sort le 9 avril, on peut être sûr d’une chose : cet Oiseau de Nuit n’est pas un présage de mauvaise augure.

L’Impératrice – Hématome

L’Hématome de l’Impératrice est une vilaine tache bleue sur leur cœur brisé. Il est une parenthèse groovie et mélancolique contant les blessures d’amour commises par écrans interposés, la dernière avant la sortie de leur tant-attendu Tako Tsubo, deuxième album qui devrait atterrir sur nos latitudes aux alentours du 26 mars. Il est enfin une merveille de clip en images animées, réalisé par Roxane Lumeret et Jocelyn Charles, qui nous montre la mélancolie de la quête d’une guenon qui cherche à tout prix à découvrir le secret de la métamorphose humanoïde. Un Hématome aussi doux que celui-là, surtout quand on sait qu’il est le fruit d’une collaboration avec le talentueux Fils Cara, on en veut tous les jours.

Else – Origine 

C’est dans un Vietnam où rêve et réalité s’entremêlent magnifiquement qu’Else a choisi de nous emmener afin de clôturer le voyage entrepris il y a un an et demi avec la sortie de leur EP Sequence Pt1. Une manière pour eux de boucler la boucle, Origine étant, comme son nom l’indique, la porte d’entrée de ce disque à l’électronique chatoyante. Se dégage alors une osmose parfaite entre les plans léchés captés dans les rues d’Hô Chi Minh-Ville par Robin Mahieux et les sonorités enveloppantes conçues par le duo. Étonnamment, aucune trace de Else sur la célèbre chaîne Youtube Délicieuse Musique. Un comble, pour ce qui est l’équivalent musical du meilleur bobun de Paris

Seppuku – The Office

Ça n’est pas parce que la Saint-Valentin est passée depuis près d’un mois maintenant que nous n’avons plus le droit d’avoir quelques papillons dans nos coeurs – et dans nos yeux. Physiquement à Marseille et Paris, psychiquement au Japon, le quintette Seppuku – du nom du sacrifice rituel des samouraïs – nous livre un shoegaze aussi brumeux que délicat, aux guitares douces comme le parfum d’une fleur de cerisier. Un morceau évanescent, sublimé par la mise en images florale et glitchée capturée par la caméra de Salomé Trifard-Jamet. Et comme le disait la danseuse et guerrière Marie-Fleur Hofmann : “bouge comme un papillon, frappe comme un frelon”.

Angle Mort et Clignotant – Toujours Ouvert

Ne vous y méprenez pas. Chez Angle Mort & Clignotant, il n’est absolument pas question de respect du code de la route. D’ailleurs, monter dans le Berlingot des deux pilotes – ou dans leur super quad, au choix – ne garantit pas un voyage de tout repos. Mais est-ce qu’on aspire vraiment au repos quand on se retrouve gentiment chahuté par cette “technoboom stroboscopique”, comme annoncé par les deux comparses sur leur page Bandcamp ? Ou est-ce qu’on ne cherche pas à essayer tous les filtres disponibles sur Instagram tout en scandant des paroles rappelant la célèbre shortcomAvez vous déjà vu ?” narrée par Alain Chabat ? Une critique de la société de consommation – mais pas celle de stupéfiants. 

Feu! Chatterton – Monde Nouveau

Un Monde Nouveau, c’est la promesse que nous fait Feu! Chatterton à chaque fois que le quintette français nous fait l’honneur de sortir un nouveau projet. Alors que la construction de leur Palais d’Argile s’est achevée ce vendredi, les parisiens nous convient à l’inauguration avec le clip de leur Monde Nouveau, réalisé par Sidney Van Wichelen et conjuguant toute l’élégance et la décontraction poétique qui inonde leur musique depuis déjà dix ans. Un Monde Nouveau, on en rêve tous en ce moment. Il ne pourra se faire sans la voix si particulière d’Arthur Teboul. 

Renard Tortue – Dans La Merde

Renard Tortue. Un nom qui semble s’être échappé d’un recueil des Fables de La Fontaines. On est tous dans la merde, une phrase que nos ministres rêvent de dire en conférence de presse, et avec laquelle le duo s’amuse dans un clip où les références à la pop culture sont si nombreuses qu’en faire un jeu à boire serait dangereux. Ces images, mises en boîte par Jeremy Huard, accompagnent un premier single de rap plein d’espièglerie. Comme le dirait Geneviève-Sylvie, 57 ans et une photo de profil Facebook avec quatre filtres “restez chez vous #stopcovid” superposés sur un selfie flou, le jeune duo animalier chante tout haut ce que les gens pensent tout bas”. 

Bon Enfant – Magie

Vous-êtes vous déjà demandé ce qu’il se passerait si un groupe décidait de tourner un clip dans le cerveau fertile – et un peu acidifié – d’Alejandro Jodorowsky ? Avec Magie, dernière illustration de l’album Bon Enfant du groupe éponyme québécois, vous avez la réponse : un morceau aux savoureuses teintes psychédéliques, soulignant un don certain pour le groove et des voix aux allures de rituels, savamment mis en image par Ian Lagarde pour un résultat sonnant comme une invitation à ouvrir votre troisième oeil et à vous évader dans un voyage intérieur. 

Galo DC et Iñigo Montoya – À La Plage (remix)

Quand Iñigo Montoya et Galo DC vont À La Plage ensemble, il faut s’attendre à une foule de glitchs en tous genres. Des glitchs visuels, issus des filtres Instagram du collectif de graphistes Zeugl, collaborateurs de longue date des Iñigo, que l’on retrouve dans cette réinterprétation du clip du duo parisien. Des glitchs sonores, ensuite, transformant cette capsule de pop décontractée en électro expérimentale façon witch-house. Un bain de soleil aux allures de cauchemar, mais un cauchemar dans lequel on entre sans hésiter une seule seconde. 

Ian Caulfield – Tu Me Manques

Affublé d’un pull en laine bien trop grand pour lui, Ian Caulfield tourbillone dans un terrain vague sous l’œil des grands ensemble et de la caméra de Nicolas Garrier-Giraudeau dans le clip de Tu Me Manques. Dans ce qui peut se voir comme une lettre ouverte et nostalgique destinée à son enfance, le rémois chante ses questionnements existentiels dans un touchant mélange de chanson française et de pop un peu grungy, mettant en avance sa voix n’ayant pas perdu l’innocence de ses jeunes années. Tu me manques, vie d’avant.

Veik – Political Apathy 

Les plus grands esprits de la planète Terre tentent, depuis déjà plusieurs millénaires, de déchiffrer ce qui apparaît comme le plus grand mystère de l’humanité. On ne parle pas de “y-a-t’il une vie après la mort ?” ou“sommes-nous seuls dans l’univers ?” mais de “qu’est ce que peuvent bien vouloir raconter Veik dans le clip de Political Apathy ?”. Un clip très rose, très psychédélique et encore une fois très rose, accompagnant un post-punk incisif comme une lame de scalpel et anesthésiant comme une bouffée de protoxyde d’azote, duquel on ressort avec le cerveau un peu chamboulé. Le trio Caennais remporte aisément la palme de l’insolite de cette semaine

Abonnez-vous à notre POP NEWS hebdomadaire ici.

Jules Vandale

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus