Les clips de la semaine, avec des noms pas faciles à écrire

Capture d’écran du clip « John L », de Black Midi

Avec Beabadoobee, Black Midi, KCIDY ou encore Il Est Vilaine, les clips de la semaine ne sont pas toujours les plus simples à écrire, mais rien qui vous empêchera de les admirer. 

Black Midi – John L

2019. Quelque part en Angleterre – et non pas en Alsace, comme son titre le laisse penser –, Black Midi dévoile Shla… Scha… Schlagenheim, et s’impose comme la sensation math-rock britannique, avant l’arrivée de Black Country, New Road. En 2021, le quartet Londonien ne semble pas avoir perdu de son talent pour les instrumentations aussi infernales et tortueuses que les visuels qui les illustrent. Preuve en est avec John L, dont les images de cérémonie qu’un conquistador du XVIème siècle considérerait comme païenne se fondent parfaitement avec ce déluge de guitares torturées, de pianos aléatoires et de violons désacordés. Cavalcade, nouveau long-format qui devrait voir le jour prochainement, semble parti pour être aussi labyrinthique que son petit frère.   

Il est Vilaine – Les Mystères de Lorient 

En bon Breton né à Lorient, je sais reconnaître un bon jeu de mot régional. Alors autant vous dire qu’en voir deux dans le même titre de morceau m’emplit d’une joie immense. Les autres personnes emplies d’une joie immense à la vue de dernier single de Il Est Vilaine sont celles qui attendaient avec impatience que le duo cryptique – ici accompagné par Narumi Hérisson – annonce la sortie de son premier album. Les Mystères de Lorient, dont le clip hypnotique est réalisé par Marco Dos Santos, est un morceau de pop électronique aussi accrocheuse que déstabilisante racontant la rencontre entre deux esprits, un breton et un japonais. Bien plus digeste que le mélange galettes-sushis. 

Beabadoobee – Last Day On Earth

Le dernier jour de Beadab… Bebaa… Beabadoobee sur Terre – même si on espère que ça n’est pas pour tout de suite – sera illuminé de feux d’artifices. Comme dans un épisode de Skins, on y fera passionnément l’amour dans des voitures, on y gobera quelques pilules pour plâner un peu, et les Playboys se mettront à cligner des yeux. Dans Last Day On Earth, à la mise en images réalisée par Arnaud Bresson, celle qui rêvait d’être Stephen Malkmus verse un peu de grunge dans son cocktail bedroom-pop pour un résultat qui donnerait presque envie de redevenir adolescent. Enfin, adolescent mais, si possible, sans les boutons et les sautes d’humeur. 

Para One – Shin Sekai

Avec son clip façon “expérience sur les zones du cerveau en activité pendant le sommeil” croisé avec une esthétique qui fleure bon les années 80 (quelqu’un a dit Strangers Things ?), confectionné par William Laboury, le dernier clip de Para One – Jean-Baptiste de Laubier dans le civil – participe à façonner une œuvre totale. Une œuvre totale qui, musicalement, mélange chœurs de voix bulgares élégiaques, percussions traditionnelles japonaises et nappes de synthétiseurs évolutives et planantes. Tout ça annonce la future trilogie du producteur français, Spectre. Et si elle se révèle aussi multisensorielle que Shin Sekai, alors on a hâte.

KCIDY – Souterrains

Alors que les relations hétérosexuelles pullulent dans la pop depuis que l’être humain sait prendre un instrument pour chanter ses émotions, les histoires d’amour lesbien se font bien plus rares. Et, à fortiori, surtout quand elles sont sincères. Un affront que KCIDY compte bien laver dans Souterrains, délicieuse ballade au chant plein de malice qui conte un crush d’un instant, un échange de regards dévorant au détour d’un trajet en transports en commun. Le clip, magnifique et réalisé par une équipe de production lesbienne elle-aussi, montre la chanteuse lyonnaise assister, impuissante, à la non-naissance de ce qui aurait pu, ou dû, devenir une belle histoire et faire de ses deux protagonistes des Gens Heureux, le titre de son prochain album qui paraîtra le 23 avril.

Rallye – Univers

Quoi de mieux pour illustrer une petite bombe aux sonorités space-shoegaze, qui rappellent le groupe Leave The Planet, qu’une vidéo en images 3D qui montrent ce qui serait sans doute le jet-pack le plus puissant au monde ? S’il fallait noter le rapport entre son et illustration, l’Univers, dernier single de Rallye, aurait sans doute l’une des meilleures notes de la classe. Avec un point de bonus pour l’utilisation de l’effet flanger en introduction, et un autre pour ces images point of view depuis le casque de l’apprenti Elon Musk. Peut-être tente-t-il de passer à travers un trou de ver afin d’écouter avant tout le monde L’Âge d’Or, premier EP du jeune quatuor à paraître en avril ? 

Luha – Childhood

Afin de fêter la sortie de son premier EP composé pendant les périodes de confinement, Luha fait sortir sa bedroom-pop de sa chambre pour aller s’amuser dans les belles – et étrangement vides – rues parisiennes. Dans Childhood, soyeuse piste à la basse palm-mutée et aux nappes d’orgues légères comme des plumes, la jeune parisienne ressuscite son enfance – dont l’adorable introduction est un bon aperçu – de sa voix emplie de nostalgie. Une comptine synthétique parfaite pour accompagner les premières balades de ce printemps ensoleillé qui se profile. 

Bergmann – Pity Party

Pity Party. Littéralement “fête de la pitié”. C’est la solution apportée par Bergmann afin de simplifier le deuil, en mangeant des cookies, en assistant à un concert de sa pop-soul lancinante et en faisant quelques exercices de confiance envers ses camarades. Dans un clip bien plus coloré que ce qu’on imagine quand on pense à une mise en bière et réalisé par Camille Luciani, la chanteuse parisienne, échappée du duo Palmyre, nous invite à nous remémorer les bons moments passés avec le défunt afin de ne pas le pleurer trop longtemps. On aurait presque envie d’aller à un enterrement de ce genre. Presque.

Skegss – Bush TV 

Quoi de plus australien que Skegss ? On a ici un trio de surfeurs aux cheveux longs massacrés par le sel, dont la vie se résume à prendre des tubes et des cuites, faire de la moto – sans casque, sinon, où est le fun ? – et de la musique. Une existence rêvée, bien résumée dans le clip de Bush TV et son grain VHS, accompagnant la sortie de leur troisième album Rehearsal. Jamais avare de gros powerchords façonnant un garage punk qui donne plus envie de devenir Brice de Nice que Sid Vicious, la petite bande envoie l’hymne feel-good de cette semaine. 

Julien Doré – Kiki

Pas facile d’envisager la naissance de son enfant – un enfant un peu particulier, mais je ne vous spoile pas plus – quand on vit au beau milieu d’une forêt simili-sibérienne, que les calendriers affichent 2040 et que l’hôpital le plus proche est géré par des enfants qui refusent de vous laisser accompagner votre conjointe en salle d’accouchement. C’est l’histoire que conte Kiki, le dernier clip plein de poésie de Julien Doré réalisé par son fidèle et talentueux acolyte Brice VDH, qui se paie le luxe d’avoir, en guest-star, ni plus ni moins que sa complice depuis 14 ans, Virginie Efira. Tout aussi enchanteur que le morceau qu’il illustre. 

Abonnez-vous à notre POP NEWS hebdomadaire ici.

Jules Vandale

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus