BiTi VOD, le Netflix normand du court-métrage au service du ciné indépendant

extrait du court métrage Mission Conqueror, disponible sur BiTi VOD

« Le court métrage c’est le réservoir des talents de demain ». Solidaire et vertueuse, cette nouvelle plateforme fondée par des professionnels de l’audiovisuel compte bien venir en aide aux jeunes réalisateurs. 5 abonnements à gagner !

Lancé il y a seulement quelques mois, BiTi VOD compte déjà 48 réalisateurs et 12 structures et festivals dans son catalogue, ce qui représente en tout 170 films, « et d’ici décembre nous monteront à 215 films » peuvent se vanter les fondateurs. Sur la plateforme, on peut trouver des films de 2 à 40 minutes, dans un format court donc, mais sans limite de genre.

« C’est pas la taille qui compte »

L’équipe de 6 bénévoles normands à l’origine de ce beau projet, a roulé sa bosse dans l’audiovisuel (« plus de la moitié est professionnelle et depuis plus de 15 ans »), en tant que réalisateurs, cadreurs, monteurs.. Ensemble ils scrutent tous les films soumis sur leur plateforme, avec comme seuls critère « la qualité » et le respect « de règles classiques (pas de racisme, appel à la haine etc…) »

Entreprise à taille humaine, BiTi VOD peut d’ailleurs se vanter de rencontrer chaque fournisseur de film (producteur, réalisateurs, distributeur) qui souhaite soumettre du contenu sur la plateforme, lui proposant dans un premier temps un accès pour qu’il puisse « voir le niveau général du catalogue et s’accorder avec dans les propositions qu’il envoie. Cette auto-régulation permet une sélection naturelle sans afficher de refus frontal puisque la programmation se fait main dans la main avec celui qui propose. »

D’ailleurs BiTi VOD, ça veut dire quoi ? D’origine normande, la team s’inspire de deux mots de patois : Kot (petite cabane) et Biti (morceau), Kotbiti étant simplifiée en Biti (plus facile à prononcer): « on s’est beaucoup amusé avec ce nom car cela nous évoquait des blagues un peu salace en interne et c’est là que nous avons trouvé notre slogan pour valoriser notre catalogue face aux longs métrages avec ‘C’est pas la taille qui compte' ».

Une plateforme solidaire

BiTI VOD ne se contente pas d’héberger des courts-métrages indépendants, mais se donne aussi comme mission de rémunérer ses auteurs de façon égale :

« TOUS nos fournisseurs touchent exactement le même montant sans aucun facteur discriminant (durée de film, nombre de vues etc.) tous les 12 mois et de manière automatique. « 

En gros, un réalisateur présentant un film de 40 minutes touchera autant qu’un autre envoyant un film de 2 minutes, et si ce principe peut paraître désavantageux, cela permet en fait de pouvoir soutenir la jeune création et de contribuer au financement de leurs prochains films : « car il faut bien comprendre que dans le parcours d’un réalisateur pro on commence toujours par des films courts car on a peu de ressources humaines, techniques et financières ». BiTi VOD choisit ainsi de rémunérer autant les films longs que courts, pour « instaurer une solidarité entre les plus expérimentés dans le métier et les plus jeunes », afin qu’ils aient les moyens de perfectionner leur technique et de se faire du réseau.

Plateforme d’accueil de BiTi VOD

Côté abonnés, la solidarité va de paire 

La solidarité chez BiTi VOD se fait également chez les abonnés puisque ce sont eux qui choisissent combien ils paient ! Quatre tarifs différents sont proposés en ligne (à partir de 14,40 €/an) et à chaque fois la plateforme précise l’utilité d’un tel prix, ainsi le premier abonnement couvre « à peine le catalogue », le second « aide les fournisseurs & la plateforme », le troisième soutient « les fournisseurs & la plateforme & des actions gratuites online », et avec le quatrième abonnement, là vous devenez un bon samaritain en soutenant « le fournisseur, la plateforme, des actions gratuites online & physiques et la création de contenu exclusif ainsi que de contenu pédagogique pour démocratiser la pratique cinématographique. » Bingo !

View this post on Instagram

Beaucoup d'entre vous se posent des questions sur nos tarifs, alors voici une petite explication 😀 Nous défendons le court métrage car c'est du cinéma sans pour autant profiter de nos abonnés ou de nos réalisateurs. C'est ça nos valeurs 🤟💪❤️

A post shared by BiTi (@bitivod) on

Si les revenus générés par la plateforme restent encore très modestes, BiTi VOD espère boucler son financement avec des demandes de subventions, mais aussi des partenariats B2B « qui nous permettent également de diffuser les films dans des espaces originaux » comme précise son équipe de bénévoles.

Par exemple, ils tentent en ce moment de rendre accessible tout leur catalogue à une compagnie de bus gérant une ville de 100 000 habitants. Un peu plus sympa que de regarder Youtube sur son smartphone non ? « Ainsi, tous les voyageurs pourraient découvrir gratuitement BiTi et cela permet à nos fournisseurs de gagner en visibilité ainsi qu’un revenu réellement fonctionnel pour la santé financière de BiTi VOD » précisent ses fondateurs.

La crise en décor de fond

A la tête de sa propre agence de production audiovisuelle, Dominique Leguen est le membre fondateur du projet BiTi VOD. Il a reçu le soutien financier de structures normandes locales (comme Kino Caen, Off-Courts Trouville, Kino Pork’N’Roll), d’entreprises (Nolita Cinema, BooMroad Studios) et de 13 réalisateurs indépendants.

Née pendant la crise du Covid, BiTi VOD est la réponse à un cri de détresse général, celui des amis et anciens collègues de Dominique Leguen :

« Le téléphone sonnait tous les jours avec à chaque fois des professionnels toujours plus désespérés de la situation avec la peur de voir toute une partie de leur industrie disparaître ».

Ayant lui même connu la misère et pas mal souffert pour percer, ces appels ébranlent Dominique qui décide alors de mettre en veille sa société pour développer le projet et co-financer personnellement BiTi VOD.

Pour ce qui est de soutien d’institutions à l’échelle nationale, tout est beaucoup plus incertain pour eux : « Si on pouvait vous transmettre les refus d’aides qu’on a eu certaines fois, c’est juste alarmant… Pour ce qui est du CNC, nous ne sommes éligibles à aucune aide car nos films sont réellement indépendants et la grande majorité ne possède pas de VISA » racontent ses fondateurs.

Une application mobile bientôt disponible

Dans leurs projets futurs, plein de bails encore secrets… Tout ce qu’on peut vous dire c’est qu’une application mobile disponible sur Androïd et iPhone va bientôt voir le jour, tout comme une émission Web TV hebdomadaire permettant de découvrir gratuitement des courts métrages, interviews et anecdotes de réalisateurs.

Se positionnant comme un dispositif complémentaire à toutes les aides existantes et représentant 80% de la production des courts métrages en France (« car cela fait juste 20 ans que les réalisateurs font leurs films sans financement grâce à l’effondrement du prix du numérique »), BiTi VOD pourrait ainsi donner naissance à un espace économique encore inexistant pour le court métrage… et convaincre bientôt les plus sceptiques !

On vous offre 5 abonnements à la plateforme BiTi VOD ! Pour cela c’est très simple, il vous suffit de nous suivre sur instagram et de nous envoyer un mail à contact@generalpop.com 

Abonnez-vous à notre POP NEWS hebdomadaire ici.

Abigaïl Aïnouz

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus