[POP CORN] Hier soir, j’ai vu GIRL

Hier soir, j’ai vu… GIRL de Lukas Dhont, avec Victor Polster.

Hier soir, j’ai vu… une fille. Une gamine, 16 ans. Plus tout à fait une enfant, pas encore tout à fait une femme.

J’ai vu une ado devant son miroir, qui ausculte son corps, se perce les oreilles et apprend à se maquiller, qui cherche les seins qu’elle n’a pas encore et cache les formes qu’elle a en trop. J’ai vu ses doutes, ses désirs, ses craintes et son impatience.

J’ai vu une danseuse, têtue et persévérante, grande tige blonde gracieuse en body bleu, qui s’écorche les pieds, s’épuise et s’affame. J’ai vu le corps qu’on abime, dont on souffre sans relâche. Le corps qui change et qu’on tente de s’approprier.

J’ai vu une volonté farouche et un mal-être profond. Un quête banale, celle de l’identité. Ce besoin vital d’affirmer sa différence et son unicité confronté à la nécessité tout aussi vitale d’être accepté, intégré, reconnu, aimé.

Hier soir, j’ai vu Girl, l’histoire d’une fille née dans un corps de garçon. Une histoire bouleversante, récompensée par la Caméra d’Or (meilleur premier film) et le prix d’interprétation Un Certain Regard très largement mérités.

Charlotte est sur Instagram @charlottebals

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus