[POP LIFE] Mettons-nous d’accord, la plage c’est de la merde

« Chouchous, beignets, glaces à la fraise… ». Tous les étés, notre but est de faire la crêpe au soleil, mais qu’en est-il des conditions plagatiques ?

Il y a deux espèces d’humains sur terre : les gens qui aiment la plage, et ceux qui ne comprennent pas le principe.

Le sac 

La plage c’est toute une organisation. On y va pour passer du bon temps et se reposer, mais dès la première étape, qui est celle de faire son sac de plage, c’est compliqué.
Il ne faut rien oublier au risque de ne pas passer un bon moment : la serviette, la crème solaire au bon indice solaire, les lunettes de soleil (+ étuis), le petit encas, le chapeau, le magazine, le livre, l’ipod…

Le maillot

Est-ce vraiment agréable de montrer son corps à tout le monde ? Et dans quel but ? Avoir un bronzage parfait, alors que la semaine qui suit tu changes de maillot et POF ! le bronzage n’est plus le même, et la semaine encore suivante n’en parlons pas, puisque tu es rentré, le bronzage a, soit disparu, soit… tu pèles #sexy.
Et puis, l’épreuve de la plage, n’est pas qu’à la plage. Tout l’hiver on se retient de manger la cinquième raclette de l’année pour l’anti-féministe / hétéronormatif insupportable et harcelant « Summer Body », tu parles ! On passe l’hiver à se déprimer pour finalement déprimer aussi tout l’été car il y a toujours mieux gaulé.e à côté de soi. La plage, finalement, c’est un lieu un peu pervers et inutilement challengeant, où on matte des petits culs, et où notre cellulite est moquée. Autant être nu (option naturisme, mais ça implique un risque de se trouver nez à nez avec une pêche ou une banane en goguette), que de batailler tout l’été contre les marques de bronzage ? Le maillot, ça sèche mal, quand tu te réhabilles tu as deux grosses taches d’eau au niveau haut du torse et du bouli, c’est comme qui dirait gênant.

LES GENS

Il a cette personne, qui a la bonne idée d’installer sa serviette à un mètre de la tienne, alors que la plage est vide. Incompréhensible. Ont-ils peur de la solitude ? Sont-ce les mêmes relous qui s’installent à la table d’à côté au restau  ? Le mystère reste entier.
Eh oui la plage en été, c’est comme l’hiver au ski, il y a toujours deux sortes de gens. Tout d’abord il y a nous, les génies, toujours au top avec notre bob, la crème solaire sur le bout du nez, la raie des fesses qui dépasse, les Crocs. Et puis il a les autres. C’est comme le blond du sketch de Gad Elmaleh, : le blond arrive à la plage le 1er juillet, il a déjà le « hâle abricot », a le dernier maillot à la mode et la rabanne qui va bien.
Le meilleur pour la fin : les ENFANTS. Ils hurlent car on a marché sur leur château de sable par mistake. Et puis aloooors, il y a ceux qui viennent avec leur tente Quechua, les parasols, les glacières, c’est le summum. Pourquoi ? POURQUOI ?
Mais le must, c’est ceux qui plantent fièrement leurs parasols Ice Tea et autres Coca, l’ont-ils volé au PMU du coin ?

Le sable

Le sable a plusieurs textures. Il est fin, granuleux, caillouteux, algueux, et même parfois il refoule ces petits crottes noires avec des poils qui piquent, et dont personne ne connaît le nom. Quand il y a du vent (en fait c’est pas du vent, c’est ton voisin qui s’est collé à un mètre de toi, et qui à la deuxième bonne idée de secouer sa serviette pleine de SABLE en revenant d’une petite baignade), un petit grain dans l’oeil, quoi de plus agréable ?
Et puis le sable, il a surtout la texture parfaite pour faire autocollant avec ta peau et la crème solaire pour tout adhésif, délice d’été.

La serviette

La serviette, plus petite qu’un lit une place, n’atteint jamais nos orteils. Donc lorsqu’on a bien fait attention à appliquer la crème solaire dans les moindres recoins, on pose le mollet dans le sable : I want to kill myself right now – tuez-moi.
Alors, si tu es accompagné, tu vas te coller à ton partenaire pour avoir un plus grand espace de serviette. Finalement tu t’étales encore plus et vu que tu as mal collé les serviettes, hop le bras se retrouve dans le sable en plus du mollet. Au final, il suffirait juste d’acheter une serviette plus grande, le fameux « drap de bain », cet accessoire prétentieux et trop fin (gnagnagna).
En plus avec le sel de mer, ça fait comme l’effet du coton, ça grince les dents.
Et je sais pas vous, mais moi ça me fait trop rire les gens qui mettent leur tong aux angles de la serviette pour la retenir en cas de vent. C’est moyen esthétique, mais très pratique en vrai si on a la tongue lourde.

À ce moment là de l’article, vous devez vous dire « quelle mégère, mais en même temps elle a pas tort… ».

La sieste

À moins que Patrick ne soit là pour t’occuper sur la plage, il arrive qu’au bout d’un moment, et bah tu te fasses ch***. Soyons honnête, on ne s’allongerait pas par terre chez nous, sur une serviette trop courte pendant trois heures.
Ainsi le moment fatidique et le passage obligé : la sieste. Tu t’ennuies tellement que tu t’endors (ohhh quel pied, cette sieste au soleil), et là le drame : tu as bavé sur ta belle fouta en poil de cul de chameau, et t’es mal, oulala oui, le kif est parti, loin. En plus d’avoir chopé la marque du noeud de ton maillot dans le dos, ou celle du cordon de ton short parachute, tu as chaud, tu te relèves plein de vertiges, allez, direction la mer !

La mer

La mer, qu’on voit danser le long des golfs clairs… n’est jamais trop chaude, toujours un peu froide (surtout quand tu passes tes étés en Bretagne, sorry les bretons, mais il y a du vécu de l’auteur). Tu fais deux, trois brasses, et là « Ah beurk, des algues », et puis « Aaaah, c’est quoi ce qui vient de frôler mon pied ??? Je suis sûre c’était un crabe ! » Oh mon dieu, un parisien à la mer. Un conseil : tous les débuts juillet, repasse sur France 3 Les Dents de la Mer, si vous voulez nager un peu plus loin que là où tout le monde pisse et à coups de longueurs parallèles à la plage, à éviter.

La position

Sur le ventre, on s’endort. Sur le dos, on s’endort. Tu veux écouter de la musique, c’est la galère pour que le fil de tes écouteurs ne fasse pas de marque, et que ton portable ne crame pas au soleil. Tu veux lire un livre, sur le ventre t’es pas super à l’aise, et puis il y a des gouttes d’eau qui tombent sur ton livre . Donc tu essais sur le dos, mais vite tu te rends compte que tu ne vois rien avec le soleil dans les yeux et surtout tu as une méga crampe au bras au bout d’un moment, que tu ne vois tellement plus rien que tu fronces tellement les sourcils qu’une marque de bronzage est en train d’élire domicile dans ta ride du lion.

En conclusion

Finalement, c’est quand même compliqué la plage : peut-on se baigner après avoir pique-niqué ? Faut-il se crémer avant ou après être aller dans l’eau ? (on aura tendance à vous dire après, puisque la crème solaire est en train de tuer tout nos coraux) ou les deux ?
Bref, tout ça pour vous dire, que la plage c’est surtout le plus bel endroit au monde pour faire des selfies, ça sera l’objet d’un prochain article lifestyle, été et société.

 

Sophie est sur Instagram @sophierabreau

Je crois ne jamais avoir autant écrit le mot « soleil » dans un article, j’ai l’impression d’avoir pris un coup de soleil avec mon écran.

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus