5 questions à Francisco Terra, flamboyant finaliste de l’ANDAM

Le créateur du label Neith Nyer fait partie des finalistes du prestigieux prix de l’ANDAM.

Chaque année et depuis 1989, l’ANDAM (Association Nationale de Développement des Arts de la Mode), présidée par Pierre Bergé, remet un prix couru et disputé par la jeune création : un gros coup de projecteur et un petit pactole pour lui permettre de se développer.

On voulait vous parler de Francisco Terra, heureux finaliste dont le travail, s’il jonche déjà un nombre certain d’editos, gagne à être -encore plus- connu. Neith Nyer c’est de la silhouette avant le vêtement, de l’affirmation de soi avant le costume, et des histoires, plus ou moins douces racontées sans concession par son créateur.

Neith Nyer Spring/Summer 18

Ta marque s’appelle Neith Nyer, c’est qui ce Neith ?

Une des merveilleuses femmes de ma vie, plus précisément ma grand-mère maternelle. J’ai grandi entouré des femmes fortes, indépendantes. Neith Nyer était couturière, et m’ a donné le goût de la mode. La marque, c’est un hommage à ma grand-mère mais aussi à toutes ces autres femmes qui ont modelé ce que je suis aujourd’hui.

Trois mots pour définir ta marque ?

Sincère, populaire, libre.

Tes collections comme tes défilés effacent les frontières du genre comme du style, c’est ça la mode du futur ?

C’est ça la mode d’aujourd’hui ! Pouvoir être ce qu’on est, au moins avec son entourage, est quelque chose de naturel. Un terrain acquis si on peut dire. Je ne sais pas ce que nous réserve la mode du futur, mais l’important c’est de continuer à accepter l’individualité de chacun et de s’amuser.

Chacune de tes collections raconte une histoire singulière et très personnelle, tu es inspiré en permanence ?

Oui je suis inspiré en permanence. Ces fragments de mon journal intime sont une manière de m’exprimer et de partager avec mon spectateur une histoire d’amour, un chagrin, un premier baiser… comme un film, ou un manga!

Neith Nyer Spring/Summer 18

Avant de monter ta marque en 2015 tu es passé par Givenchy et Carven, qu’as-tu appris de Riccardo et Guillaume ?

Avec Riccardo j’ai appris a construire une histoire, forte, personnelle, à faire un SHOW. Et Guillaume m’a donné le goût du détail, du vêtement bien coupé, bien construit, le goût pour le luxe!

Tu es finaliste de l’ANDAM, ça représenterait quoi pour toi de gagner ce prix ?

En dehors de l’aide financière précieuse pour une jeune marque et de l’accompagnement stratégique qu’elle propose l’ANDAM est aussi une façon d’être reconnu par l’industrie française. Malgré mes origines brésiliennes, Neith Nyer est une marque parisienne, qui comporte dans ses nuances beaucoup de cette ville qui m’a accueilli il y a 10 ans et ou j’ai decidé de rester pour toujours.

Que peut-on te souhaiter ?

Break a Leg cause the Show must go on!

 

Verdict de l’ANDAM le 29 juin prochain.

Photo Agathe Rousselle
Agathe est sur Instagram @ag_rou

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus