Rencontre avec Roukeys, la star des tee-shirts Pop Culture

Marine, 27 ans a créé Roukeys il y a 8 ans. Marque de vêtements et principalement de tee-shirts, l’aventure débute un peu au hasard. Après avoir vu le film Spring Breakers réalisé par Harmony Korine, Marine veut la cagoule iconique des héroïnes. Impossible à trouver, elle décide de commander un bonnet rose et des patchs licornes. Elle réalise que si après avoir vu le film elle avait voulu cet accessoire, ce n’était peut-être pas la seule. Elle ouvre donc une boutique en ligne sur Etsy, trois jours après elle reçoit sa première commande avant d’en recevoir plusieurs quotidiennement. Rapidement Marine a des idées de tee-shirt d’abord avec James Franco puis avec d’autres célébrités de la pop culture, le succès est quasiment immédiat.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Marine Elie Roukeys (@roukeys)

À quel moment as-tu compris que Roukeys prenait de l’ampleur et qu’il fallait que tu y consacres plus de temps ?

Bizarrement, c’est arrivé assez vite. C’était un enchaînement de petites chances. En 2013, j’ai ouvert mon compte Instagram. On était vraiment au début d’Insta mais je me suis dis qui ne tente rien n’a rien. Je commence à suivre des blogueuses américaines et j’ai envoyé des mails à droite à gauche pour leur présenter la marque et leur envoyer des produits, à cette époque, c’était facile. Ça a commencé à faire un peu un effet boule de neige et très vite j’ai été contactée par le magazine américain Nylon pour vendre quelques-uns de mes produits sur leur e-shop, ça m’a donné une jolie visibilité. Mais ce qui a vraiment fait le buzz, c’est mon tee-shirt I’m the girl Drake is crying about in his songs, une Américaine l’a mis sur son Tumblr et ça a fait 1 000 000 de repost. Si j’en suis là aujourd’hui c’est littéralement grâce à la magie des réseaux sociaux.

« Je me suis dit que j’avais quelque chose entre les mains et qu’il fallait que je continue. Il y’a des mois où je vendais presque aucun tee-shirt mais je me disais bon, ce n’est pas grave, j’ai des nouvelles idées, je vais continuer, on va voir et je ne regrette pas parce que je suis encore là aujourd’hui ! »

Quels sont tes processus de création et de fabrication ?

Je fais les tee-shirts avec aperçu de Mac, on peut faire tout autant que Photoshop ! Je me prends pas du tout la tête et je me considère pas du tout comme une graphiste. Généralement quand j’ai une idée en tête, j’essaye de trouver les photos qui vont bien, je pense à une typo particulière, j’essaye de la recréer et puis je me débrouille.  Je ne suis pas dans un processus de collection. Je laisse aller ma créativité et je ne me mets surtout pas la pression. Il y a un mois où je peux créer cinq tee-shirts comme un mois où je peux en créer zéro.

Pour la partie fabrication, je n’ai pas de stock, ça serait impossible pour moi d’avoir du stock parce que j’ai genre 200 modèles, 3 couleurs, 6 tailles et je préfère aussi être dans une démarche sans gaspillage. Je travaille avec un imprimeur qui est à Marseille. C’est vraiment tu commandes sur mon site ensuite je commande à mon imprimeur et après je t’envoie ta commande donc c’est pour ça que ça prend un peu de temps mais je pense que les gens en ont conscience et ça ne les dérange pas forcément.

Quelles sont tes inspirations ?

Au début, c’était beaucoup la Pop Culture : musique, série, cinéma. Et maintenant, c’est un peu plus de tout. Enfin, ça peut être n’importe quoi, genre le Tabasco, la nourriture, parfois j’ai des délires sur des couleurs, c’est très périodique. Par exemple, j’ai eu une période où j’aimais trop les dessins vintages de fruits et légumes et donc j’en ai fait des tee-shirts. Là c’était l’Euro donc j’ai lancé King Karim. Ça a été très difficile pour moi parce que j’aime beaucoup le foot surtout que vu comment était le match quand on menait 3-1, je recevais des dizaines de DM qui me disaient “putain meuf c’est génial”, plein de gens m’ont commandé le tee-shirt pendant le match et à la fin j’était tellement au bout c’était tellement horrible mais les gens me disaient “T’inquiètes on va le porter fièrement, vive Karim !”

Sur les réseaux sociaux tu prends pas du tout la tête, c’est en fait ton compte de de marque mais aussi ton compte de ta vie de tous les jours :

Ouais et je pense que c’est grâce à ça que ça fonctionne. C’est très nature peinture, j’ai pas de ligne édito à respecter ! J’essaye de rester le plus naturel possible, de partager le plus de choses possibles. Et je pense vraiment que c’est ça que les gens aiment bien.

Pas mal de gens s’abonnent à mon compte pour les tee-shirts parce mais il reste pour moi en fait, parce que ça les fait rire quand je partage des trucs de mon quotidien et je pense que c’est aussi ça qui me différencie de toutes les autres marques. Maintenant, les gens associent vraiment Roukeys à moi, Marine, la meuf qui fait des soirées et qui mange du Tabasco. Ce lien de proximité que j’ai avec les gens est hyper important autant ils kiffent les créations autant ils kiffent quand je leur montre ce qui se passe derrière et j’y tiens vraiment, ça crée une dynamique particulière. J’ai commencé à faire des tee-shirts où il y’avait marqué Roukeys et je ne savais pas si les gens suivraient à ce point, c’était un pari. Finalement ça a marché donc j’arrive à transformer ça en quelque chose d’un peu plus grand. Par exemple quand je vois des célébrités avec mes créations je me dis mais tout ça vient de moi ?! Même si ce n’est pas l’objectif, ça fait plaisir !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Clara Luciani (@jesuisclaraluciani)

Quels sont tes objectifs pour la suite de Roukeys ?

Déjà continuer, tous les jours, je me réveille, je me dis, ça marche encore, c’est incroyable donc vraiment continuer dans ce sens-là. J’ai vu une vraie différence grâce au Covid et au premier confinement. Ça m’a littéralement fait exploser, parce que j’ai commencé à faire plus de story et à plus partager de choses sur moi. Je pense qu’à un moment, je lâcherai mon taf pour me consacrer à Roukeys. Je pourrais déjà le faire, mais je ne suis pas encore 100% prête psychologiquement ! Dans les prochaines années ça sera le cas et je passerai surtout plus de temps à développer d’autres produits parce que mine de rien, ça prend du temps. Pareil, je prendrai du temps sur les photos pour faire un truc plus cool parce que là c’est moi qui me prends en photo chez moi. Je développerai un peu plus ces aspects-là. Mais je continuerai dans ce système de de commande parce que je ne veux pas non plus devenir un énorme mastodonte textile, vraiment que ça reste toujours dans un bon délire quoi.

« Mes T-shirts, c’est un délire d’Internet »

 

Est-ce qu’il y’a une personne que t’aimerais voir avec un tee-shirt Roukeys ?

Je rêverais que Karim Benzema porte un tee-shirt King Karim en ce moment ça serait mon rêve mais à l’époque je dirais que c’était vraiment Drake, un jour il a liké une de mes photos sur insta donc c’était genre mon Ultimate Dream !

Bonne nouvelle, on vous fait gagner le tee-shirt Roukeys de votre choix sur notre Instagram

Pour découvrir toutes ses créations, c’est ici

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus