Après 6 mois de silence et d’incertitude, le MaMA compte bien serrer les rangs des professionnels de la musique

Conférence au MaMA 2019 avec André Manoukian © Noémie Coissac

Show must go on ! Le maintient de cet évènement majeur de l’industrie musicale française en a surpris plus d’un. En effet, cette 11e édition prévue du 14 au 16 octobre à Paris, sera réservée aux professionnels et non au grand public. Explications.

Après une édition 2019 haute en couleurs, le MaMA n’a pas dit son dernier mot, et ce malgré les drastiques restrictions sanitaires. En tout ce seront 7 salles de spectacles qui présenteront près de 70 concerts du 14 au 16 octobre dans le quartier de Pigalle à Paris, et le nombre habituels de conférences y sera soutenues pendant ces 3 jours de festivités. Découvrez le programme complet en ligne.

Pour ce faire, le festival a bien évidemment travaillé sur « la mise en place de diverses mesures sanitaires (port du masque, gel, distanciation physique…) permettant d’assurer la réalisation de MaMA sans le dénaturer et de garantir la sécurité de tous » comme nous précise son directeur Fernando Ladeiro Marques. Mais alors, pourquoi avoir privilégié les pros et non les fans de musique ? Et bien tout d’abord, parce que ce contexte inédit a réduit depuis 6 mois l’industrie musicale « au silence et à l’incertitude » comme insiste Fernando Ladeiro Marques, et ce réseau de professionnels a besoin plus que jamais de se retrouver pour échanger sur l’avenir qui les attend :

« Les acteurs de ce secteur d’activité ont besoin de se retrouver à nouveau, d’échanger et d’avoir de la visibilité sur l’avenir. »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par MaMA Festival & Convention (@mamafestival) le

Un RDV incontournable pour l’industrie musicale

Le MaMA est ainsi un des RDVs de la filière française les plus attendus de l’année, et réunit chaque année plus de 6000 professionnels (tourneurs, éditeurs, labels, artistes, managers, de tous pays…) En 2019, ils étaient précisément 6300 pros venus assister aux 140 conférences et rencontres, et aux 180 concerts – accessibles habituellement aussi au grand public, qui représente quant à lui 45% des festivaliers. Difficile donc de transformer cet évènement en festival virtuel comme bon nombres d’évènements voisins ont essayé de faire.

Et si chaque année, une gestion rigoureuse des accès aux différentes salles est indispensables pour que professionnels et grand public puissent naviguer d’une salle à l’autre, sans trop d’attente et en respectant les consignes de sécurité, cette année, avec les contraintes liées au Covid, ces mesures pour gérer le flux total de festivaliers sont devenues quasi mission impossible ! En plus de cela, le protocole sanitaire actuel préconisant une distanciation physique; il pénalise de façon notable la capacité d’accueil du public comme le confirme Mr. Ladeiro Marques : « A titre d’exemple, les jauges passeront de 300 places à 63 places pour la plus petite salle et de 1400 à 450 places pour la plus grande. » Le grand public sera donc exceptionnellement sacrifié pour privilégier les pros dont le métier est dans la tourmente !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par MaMA Festival & Convention (@mamafestival) le

Une édition coûteuse et privée de son aura internationale

Lieu de rencontres pour les professionnels français, mais aussi du monde entier, le MaMA est également tributaire cette année des restrictions et de l’évolution récente des règles permettant aux personnes de voyager pendant cette pandémie (notamment les quarantaines imposées dans de nombreux pays). Tout cela ne permet ainsi pas encore aux organisateurs de savoir si leurs délégués internationaux seront tous là, eux qui représentent « un tiers de la participation professionnelle de MaMA » comme précise son directeur. Plutôt optimiste, Fernando compte bien sur la fidélité des pros européens :

« Nous espérons que, si 2020 verra une diminution naturelle des professionnels venant des USA ou du Japon, cette édition pourra compter sur la présence de nombreux professionnels européens. »

Enfin, et c’est là où le bât blesse, quand bien même les pass pro sont payants (140 euros par tête), le manque à gagner côté public, risque lui de peser dans les finances de cette édition exceptionnelle, comme le rappelle Fernando Ladeiro Marques :

« Entre des mesures sanitaires qui impliquent d’indéniables surcoûts et une baisse inévitable de la fréquentation entrainant mécaniquement une diminution des recettes de billetterie, l’économie de MaMA sera inévitablement impactée. »

Des captations vidéos envisagées pour le grand public

Chers mélomanes, rassurez-vous cependant car le MaMA prévoit – en collaboration avec la plateforme vidéo live CultureBox – la captation et la diffusion de certains concerts… gratuits, et ne nécessitant donc aucun pass, ni gel hydro-alcoolique :) Les fans ne resteront donc pas (tous) sur la paille !

La programmation des concerts et conférences est disponible ici.

En attendant, on vous propose de replonger dans le bain de foule du live de Molécule au festival MaMA de l’an passé :

MaMA festival – du 14 au 16 octobre
Conférences, networkings, et concerts en soirée
Evenement Facebook
Billetterie (uniquement réservée aux professionnels de la musique)

Abonnez-vous à notre POP NEWS hebdomadaire ici.

Abigaïl Aïnouz

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus