Les sorties du vendredi : 3 premiers albums et un single orchestral

MERYEM ABOULOUAFA – Crédit : Paul Rousteau

Cette sélection fait la part belle aux premières fois : la voix envoûtante de Meryem Aboulouafa, l’émotion fragile de The Howl and the Hum et les confessions du californien Christian Lee Hutson. En bonus : une odyssée baroque signée Casual Melancholia.

Joie & bonheur ! Les albums du printemps repoussés aux calendes grecques pour cause de pandémie mondiale, sont enfin de sortie ! Nous vous en avons sélectionné 4 qui nous tiennent tout particulièrement à coeur. De quoi calmer vos ardeurs de grandes vacances…

Meryem Aboulouafa – Meryem

Découverte au festival des Bars en Trans à l’automne 2019, la chanteuse marocaine Meryem Aboulouafa nous dévoile enfin son premier album Meryem sur le label Animal63 (The Blaze, Myth Syzer). Il est produit par Para One – apportant une dimension cinématographique – et Ojard, plus impliqué sur les mélodies et les harmonies. On y retrouve bien évidemment son très fameux Breath of Roma et le timbre chaud de cette artiste originaire de Casablanca, qui a fait le Conservatoire, les Beaux Arts et dont l’enfance a été bercée par les classiques de la chanson française. Croisant habilement l’anglais et l’arabe, on se laisse emporter par la sobriété et la grâce des mélodies de cette Agnes Obel méditerranéenne. Disponible ici.

The Howl and the Hum – Human Contact

On vous en parlait récemment dans notre playlist mensuelle, le premier album de cette bande originaire de York transpire d’émotions et sans être particulièrement révolutionnaire, leur musique n’en reste pas moins rudement bien ficelée. Elle renouvelle même avec brio la scintillante généalogie indie rock anglaise, non le rock n’est pas mort ! Produit par Jolyon Thomas (Royal Blood, Slaves, U2) et enregistré dans le Kent (Big Jelly Studios), Human Contact est mis en boite en septembre 2019, bien avant tout le shut down mondial, et pourtant il semble s’en être imprégné pas mal, transpirant cette forme contemporaine de solitude, cette lumière verte qui clignote dans la nuit et qui ne donne pas vraiment le droit à l’oubli. L’album aurait été inspiré par « les menus détails d’une relation : tous ces objets, ces conversations, cette distance, l’amertume de l’adolescence et ces silences pénétrant les amours naissants et la solitude ». Disponible en streaming ici.

Christian Lee Hutson – Beginners

Le songwriteur originaire de Los Angeles, présente son premier album Beginners chez ANTI, dont est extrait le jouissif single Let get the old band back together. Outre ce titre très pop, on y découvre un ouvrage intime où une élégante guitare chatouille une voix chaude, et récite une réflexion intérieure tantôt imaginaire, tantôt représentative de douloureuses peines de coeur. Produit par son amie Phoebe Bridgers (qui y joue aussi de la trompette), le disque est mis sur bandes aux célèbres studios de Sound City à Los Angeles. La sincérité et le DIY sont aussi de mise : des maquettes enregistrées sur le téléphone de Hutson ont été conservées. « J’ai choisi le titre Beginners parce que j’ai l’impression de débuter dans ma vie – je continue d’apprendre et d’essayer de comprendre comment vivre dans ce monde » explique Hutson, et en ces temps incertains, on peut s’identifier à Christian, et tous revendiquer un nouveau départ et un statut de « faux » débutant. Album en écoute ici.

Casual Melancholia – La ballade près de la mer salée 

Morceau orchestral, La ballade près de la mer salée est signé par le pianiste Casual Melancholia (pseudo derrière lequel se cache l’ancien chanteur pop Martin Rahin). Il a été écrit dans une maison sur l’ile de Sifnos en Grèce, et enregistré pendant le confinement… Tout comme l’EP dont il fait partie et joliment baptisé Un été près de la mer (sortie prochaine). « L’idée c’était d’explorer toutes les nuances possibles du violon, de rendre hommage aux grands baroques comme Vivaldi et de mélanger ces textures avec des synthétiseurs analogiques, le tout enregistré sur bandes dans une église. » Après tout si on ne peut pas aller à la mer, c’est elle qui viendra à nous… Disponible ici.

View this post on Instagram

New track « LA BALLADE DE LA MER SALÉE » is out. Link in my bio, you can preorder or listen. This song is about remembering the sea, trying to summon the presence of the waves when you are really far from the ocean. Mixed during this lockdown it was really meaningful, seating in the middle of four walls, letting the the mind creating a blue horizon. I co write all the upcoming record with @albaobert who is playing all the stunning violins. @raquelsannicolas took this turnerian photograph in Tenerife and I wanna thank her for this precious gift. I really like that the ladder is an invitation to swim but the ocean looks so powerfull that you don’t know if you ll dare to dive in this dawn light. Thanks to @deezerfr for playlisting it in « rester zen » Hope you ll like this track, please feedback me your feelings 🧩 #orchestra #orchestral #violin #violinist #record #deezer #deezerfrance #neoclassical #classicalmusic #filmscoring #composer

A post shared by Casual Melancholia (@casualmelancholia) on

Abonnez-vous à notre POP NEWS hebdomadaire ici.

Abigail Ainouz

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus