Claire Laffut nous décrypte son clip « Etrange mélange » en trois influences majeures

Crédit photo : Denys Schelfhaut

A l’occasion de la sortie de son dernier single Etrange Mélange, la dessinatrice et songwriteuse belge nous présente un triptyque d’oeuvres inspirantes.

Depuis notre interview avec cette jeune tige, Claire Laffut n’a pas chômé, signant pour notre plus grand bonheur : un duo bouillant avec Yseult (relire notre interview ici), et l’ep MOJO à écouter en cette météo maussade pour nous redonner la patate.

La jeune artiste belge est déjà de retour avec un single groovy – coproduit par Gaspard Murphy (oui c’est bien le fiston du songwriter Elliott Murphy) : Etrange Mélange. Et pour l’illustrer, Claire – dessinatrice, plasticienne, en plus d’être autrice et chanteuse, bref une vraie hyperactive de la création – a signé une toile baptisée poétiquement Mirage de l’amour infini. De cette peinture, découle un clip animé à découvrir ici :

Derrière Etrange Mélange se cache…

Si les références au Douanier Rousseau de son clip vidéo (et sa toile) sont plutôt évidentes, d’autres restent plus subtiles, c’est pourquoi Claire Laffut nous offre ici un triptyque de peintures commentées pour nous aider à décrypter ses influences majeures.

La Charmeuse de Serpent du Douanier Rousseau

L’OEIL : « Cette toile représente une femme nue qui charme les serpents. Au clair de lune, on ne distingue que la silhouette et ses deux yeux lumineux. Elle se trouve dans une jungle, au bord de l’eau. »

LE COEUR : « Je suis tombée amoureuse de cette toile au Musée d’Orsay. Le Douanier Rousseau n’a jamais vu de vraies jungles. Il allait au Jardin des Plantes de Paris pour s’inspirer et consultait des livres botaniques. On qualifie son trait de « naïf » car il a appris à peindre tout seul et qu’il a cette touche presque enfantine et instinctive. Il n’était pas vraiment pris au sérieux au début de sa carrière beaucoup se moquaient de ses toiles. Moi, je tuerais pour avoir ce tableau, je le trouve si mystérieux et féminin. »

Ce que l’eau m’a donné de Frida Kahlo

L’OEIL : « Frida Kahlo peint pour survivre à son corps meurtri. Sur cet ‘autoportrait’ on y voit ses pieds et leur reflet. Lorsqu’elle le peint, ses orteils ont déjà été amputés…. A la surface de l’eau flottent des lieux, des gens, des événements, comme autant de petits morceaux d’une vie. »

LE COEUR : Je la trouve sublime et tellement intense, d’une violence aussi. Je m’imagine être à sa place dans un bain, en regardant cette l’eau fixement. Elle m’émeut beaucoup. Je vous conseille vivement de regarder cette vidéo pour comprendre son histoire à travers ses magnifiques peintures, c’est elle qui m’a inspiré le clip d’Etrange Mélange, une animation de ma peinture dédiée à ce titre.

Stutter et Flirting de George Rouy

L’OEIL : « J’ai découvert ce peintre sur Instagram, à travers Harley Weir, qui pour moi est la meilleur photographe de notre génération, c’est son mec je crois. Je l’ai raté à la Fondation Cartier mais j’espère pouvoir regarder son travail de plus près très vite ! »

LE COEUR : « J’ai tout de suite accroché d’abord par la palette de couleurs qu’il utilise. Puis par ces corps entremêlés et cet effet blurry. Je lui avais écris pour lui demander quelle était sa technique ! Il m’avait répondu en me disant que c’était la technique du glacis. Il fait ses croquis de peinture sur Photoshop et n’a pas peur de le dire. Je pense qu’il casse les codes tout simplement en créant les siens et développant cette esthétique et ses symboles. »

En écoute Etrange Mélange de Claire Laffut

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus