6 scènes mémorables de karaoké au cinéma

Bridget Jones en pleine session karaoké

Avant la General POP Party #002 et le grand karaoké qui s’y prépare, demain dès 19H au Dock B, on vous a sélectionné une liste de long-métrages avec des scènes de playback irrésistibles.

La liste est longue et souvent à pleurer de rire… On vous présente ici nos cinq films préférés avec des séquences karaoké. Vous retrouverez tous ces titres sur la plateforme Karafun sur laquelle vous pouvez choisir votre reprise à interpréter avec grâce (ou pas) à l’occasion de notre General POP Party #002: ce jeudi 24 octobre au Dock B. Toutes les infos sur notre soirée karaoké sont ici.

500 days of Summer de Marc Webb (2009)

Le film romantique par excellence à regarder les jours de pluie, où notre très charmant Joseph Gordon-Lewitt (Tom Hansen) prend d’assaut le micro d’un bar pour interpréter Here comes your man des Pixies – devant son crush et collègue de bureau, la très chère Zooey Deschanel (Summer Finn). Figurant comme un des titres les plus pop du groupe américain, ce tube parait sur l’album Doolittle en 1989… mais aurait été écrit bien plus tôt par son leader Franck Black… à seulement 15 ans ! Une raison de plus de tenter votre chance.

Le journal de Bridget Jones de Sharon Maguire (2001)

Impossible de ne pas se rappeler de ce moment de gêne ultime où Bridget Jones, ivre morte à la soirée de noël et sous les yeux de son c*** de patron (Hugh Grant) entame les paroles de Without You. Cette chanson écrite par groupe gallois Badfinger, deviendra un hit planétaire grâce à la reprise d’Harry Nilsson en 1971 puis de Maria Carey en 1994. Mauvaise nouvelle, Bridget a tellement saigné ce tube que les ayant-droits n’autorisent plus sa diffusion sur l’application de karaoké Karafun. Too bad !

Lost in Translation de Sofia Coppola (2003)

Le film signature de Sofia Coppola, mettant en scène la saisissante Scarlett Johansson et le légendaire Bill Murray dans la capitale nippone, ne pouvait pas passer à côté du cliché le plus fameux de Tokyo : les boites à karaoké.  Si Scarlett et sa perruque rose bonbon optent pour Brass in Pocket des anglo-américains The Pretenders (1980), Bill Murray qui incarne un acteur sur le retour, choisit lui (What’s So Funny ‘Bout) Peace, Love and Understanding. Ce classique classé par le magazine Rolling Stone comme une des 500 plus grandes chansons de tous les temps, a été écrit par Nick Lowe et rendue populaire par Elvis Costello.

Mommy de Xavier Dolan (2014)

Le grand drame du réalisateur québécois Xavier Dolan met en scène ses actrices fétiches Anne Dorval et Suzanne Clément et raconte l’histoire d’un jeune adolescent (Steve) à la santé mentale très fragile et très agitée (incarné par Antoine-Olivier Pilon). La scène du karaoké n’est franchement pas une partie de rigolade mais cristallise un moment clé du film, où les tensions et moqueries s’accélèrent avec le tempo de la chanson… pour finir en baston. Steve y interprète un tube italien des années 90, rendu célèbre par Andrea Bocelli : Vivo Per Lei (« je vis pour elle »), et chanté en duo dans sa version française par une certaine… Hélène Ségara.

When Harry Met Sally de Rob Reiner (1989)

Chers milléniums, vous n’allez pas le croire mais la technologie karaoké n’a pas toujours permis de lire sur un grand écran les paroles, et dans les années 80, on pouvait même se contenter de chanter au micro les paroles écrites en manuscrit sur un petit bout de papier ! C’est la méthode adoptée par Meg Ryan (Sally) et Billy Cristal (Harry) dans ce grand classique romantique. Il y interprètent The Surrey with the fringe on top tiré d’une comédie musicale des années 40 Broadway Oklahoma! 

Wayne’s World de Penelope Spheeris (1992)

Celui-là non plus n’est pas totalement homologué par les confédérations karaoké, mais on l’adore. Dans cet incontournable film ricain à l’humour potache, nos deux zinzins s’en donnent à coeur joie dans leur très chic bagnole AMC Pacer pour reprendre Bohemian Rhapsody de Queen. Mike Myers tente un air batterie pendant que banquette arrière fait les choeurs : megateuf !

BONUS : Rush Hour 2 de Brett Ratner (2001)

Changement d’ambiance… Cette fois nous partons pour Hong Kong, où les inspecteurs Lee (Jackie Chan) et Carter (Chris Tucker) enquêtent sur l’explosion d’une bombe à l’ambassade américaine. Leurs soupçons se portent sur la mafia des triades chinoises et les deux compères décident d’aller à la pêche aux infos dans un bouge fréquenté par tout un tas de gangster locaux. La prudence est de mise, mais l’inspecteur Carter voit un Chinois massacrer l’intemporel Don’t Stop Till You Get Enough de Michael Jackson au karaoké… C’en est trop pour Carter, qui, en bon américain, décide d’aller laver l’affront fait au King of Pop, au grand dam de l’inspecteur Lee… Jouissif !

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus