[POP CORN] Les chimères érotiques de Yann Gonzales et Bertrand Mandico étaient au Festival Côté court.

Dans la série Ultra Rêve, je demande : « Les Iles », une fiction de Yann Gonzales et « Ultra Pulpe » de Bertrand Mandico .

Lundi 10 juin au ciné 104 à Pantin, ces deux accros de la pellicule – l’un connu pour « Un Couteau Dans le Cœur », l’autre pour « Les Garçons Sauvages » – ont partagé sur un ton chaleureux leurs expériences de cinéastes au festival Côté Court autour d’une soirée dédiée à la thématique du rêve. Et l’on n’a pas affaire à des novices du format court : à eux- deux, ils ont près de 20 courts-métrages à leur actif. Lundi ils ont projetés « Des Iles », de Yann Gonzales, attendu depuis sa récompense à la Queer Palm à Cannes et « Ultra Pulpe » du très fameux Bertrand Mandico.

Après la projection de leurs courts métrages nous avons assisté à un talk où les deux amis se sont lâchés et nous ont fait des confidences sur leurs enfances et leurs influences. Pour Yann González à l’origine le cinéma c’est la VHS , il savait qu’il voulait faire des films dès son plus jeune âge. Cet accro du petit écran découpait les programmes TV pour se créer des fictions alors que Bertrand Mandico rampait dans la nature, et pour lui le cinéma c’était comme « un continent inaccessible »

Leurs courts métrages, tournés en 35 mm, portent l’empreinte de deux garçons marqués au fer rouge par Albator et la culture pop des années 80. Ils sont charnels et le filtre de la pellicule exacerbe un érotisme rétro-futuriste qui nous immerge dans une transe rêveuse.

 

Porno, kitch et romantique 

Les Iles, ça dure 23 minutes, c’est un homme et une femme qui s’enlacent dans un lit et qui sont rejoints par un monstre (dessiné par Bertrand Mandico) dans une sorte de porno vintage psychanalytique. A la fois suggéré et cru, Les Iles, c’est une parenthèse poétique pleine de fantasmes.

Islands (Les îles) from Altered Innocence on Vimeo.

 « le cinéma est un singe qui baise ses muses sous les feux des projecteurs »

Ultra Pulpe, c’est ultra généreux, c’est ultra coloré, c’est un monde artificiel où évoluent Apocalypse, jeune actrice, et Joy, réalisatrice. Dans une esthétique acidulée, Ultra Pulpe brasse et superpose des allégories et discours dans un univers fantasmagorique pour atteindre une forme de paroxysme hypnotique, jusqu’à une douce overdose (très agréable).

ULTRA PULPE – TEASER from ecce films on Vimeo.

 

Pour plus de rêve, de monstres, de sexe, de kitsch, et de technologie rendez-vous au ciné 104 pour la fin du festival Côté Court !

Et si vous aimez ces deux réalisateurs allez jeter un coup d’oeil à After School Knife Fight un court métrage de Caroline Poggi et Jonathan Vinel (dans la série Ultra Pulp).

 

 

Morgane Q.

 

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus