Rencontre avec le duo LYNDA pour la sortie de son nouvel EP Lemonriver

Après la sortie de leur premier album Lynda tapes (2018-2020) en 2020, le duo britannique est de retour avec un nouvel EP Lemonriver. Un titre évocateur qu’ils nous expliquent.

A l’occasion de la sortie de Under the Pines, premier morceau de leur nouvel album publié chez Back Office Records, Youcef et Russ reviennent sur leur parcours, leurs influences, et leurs projets pour la suite dans une interview en anglais. Ils se rencontrent à Londres en 2016, et depuis ne cessent de peaufiner leur esthétique retro-électro, inspirée par la nostalgie d’une époque révolue.

Regardez le nouveau clip de “Under The Pines“:

QUELLES ONT ETES VOS INSPIRATIONS PRINCIPALES SUR CET ALBUM ?

YOUCEF: Je suis très influencée par la pop, surtout des années 90, la RnB… Mais on écoute aussi pas mal de musiques assez récentes, pour se tenir au courant. En fait, mes influences musicales vont de Robbie williams à Britney Spears, donc c’est très large. On écoute pas mal Metronomy en ce moment, mais aussi de la pop japonaise. Pour ce qui est de la composition, on a une esthétique de musique électronique.

RUSS: Oui, on s’inspire beaucoup de ce qu’on appelle la City Pop, la pop qui a explosé durant la dernière décennie via YouTube, qui est assez influencée par la pop japonaise ou la k-pop.

VOUS AVEZ UNE FORTE INFLUENCE DES ANNEES 90 DANS VOTRE MUSIQUE. QU’EST CE QUE CETTE PERIODE VOUS EVOQUE ?

YOUCEF: Russ et moi on a presque 30 ans, donc on a connu la période avant internet, ou on avait pas d’écran tactile ou de smartphone, pour écouter de la musique on se promenait avec un walkman… Je pense qu’on partage une sorte de nostalgie de cette période. Personnellement, je trouve que cette période est très authentique, pas d’artifices, et les gens faisaient des expériences, même en terme de musique. Quand on écoute ces sons étranges, ces compressions xx associés à cette période, c’est vraiment un univers particulier. Ce sont des sonorités qu’on associe à cette période.

RUSS: Aujourd’hui, on est assez obsédé par la perfection, dans le son. Il faut qu’il soit parfait, qu’il ait une forme parfaite. Moi ce n’est pas ce que je recherche dans ma musique. Et ce qui nous plait dans la musique des années 80/90, c’est que ce n’est jamais parfait, on a parfois des sonorités bizarres ou tordues, mais c’est ce qui fat leur beauté.

POURQUOI CETTE COUVERTURE D’ALBUM ?

RUSS: Dès qu’on sort un album ou un EP, on essaie de faire en sorte d’avoir un concept derrière le projet. On a envie que quand les gens écoutent notre musique, ils se plongent dans l’univers de l’album, pas qu’ils écoutent les chansons juste comme ça. Pour nous, cet EP c’est comme un endroit, et la couverture c’est ce qu’on imagine que serait cet endroit, un lieu étrange, abstrait, ou il n’y aurait plus de soucis et tracas. L’artiste qui a dessiné cette couverture s’appelle Joe minor. On l’a trouvé sur Instagram, et il a fait un super travail parce qu’il avait exactement l’esthétique qu’on recherchait.

LEMONRIVER : QU’EST CE QUE CA VEUT DIRE ?

YOUCEF: L’histoire derrière ce titre est assez intéréssante. C’était important que le titre apporte quelque chose à l’album, en fasse un univers. Lemonriver c’est un endroit attirant, on a envie d’y aller, de gouter cette rivière, de savoir quels animaux vivent dans cette rivière, quelles plantes s’y développent…

TREVE DE NOSTALGIE, QU EST CE QU’ON PEUT VOUS SOUHAITER POUR LA SUITE ?

RUSS: J’aimerai pouvoir créer de la musique à plein temps et en faire mon métier. Ce serait le rêve.

YOUCEF: Pareil. Si je peux en faire toute ma vie, je serais le plus heureux des hommes. 

Ecoutez LYNDA sur Spotify ici