Baptiste W. Hamon, Jusqu’à la lumière

         

©Romain Winkler

«La nuit c’est fait pour épuiser les poèmes

Avance encore ton visage jusqu’à la lumière»

 

Baptiste W. Hamon

Louée soit la vie

 

Baptiste W. Hamon sort le 8 avril 2022 son nouvel album Jusqu’à la lumière. Après L’insouciance (2016) et Soleil, soleil bleu (2019), cet auteur-compositeur-interprète offre de nouveau un solide et sincère album, à mi-chemin toujours entre la poésie du Vieux continent et les mélodies issues des grandes étendues de la sauvage Amérique. Notre chanteur français le plus américain revient avec un album qui célèbre les moindres recoins d’une vie simple dans laquelle se cachent les sentiments les plus profonds.

 

            Louanges et célébration de la vie

 

« Boire un coup

Que dis-tu ? Mais non !

C’est pas un « rendez-vous »

Oh et puis merde et je m’en fous

Je pars juste boire un coup »

in Boire un coup

 

 

De cet album se dégage une esthétique claire, celle de la vie au grand air et ouverte aux grands sentiments qui se dévoilent à ceux qui aiment avec sincérité, à ceux qui acceptent leur folie, leurs envies, leurs faiblesses. C’est un album pour ceux qui aiment au point que leur vie se consume en même temps qu’eux. Baptiste W. Hamon accumule les belles images grâce auxquelles l’on imagine une soirée à la campagne autour d’un feu, de la bonne musique, de grands amis, de belles discussions et un million d’étoiles. Cette célébration sincère de la vie, dans ses moments les plus volés, est bien sûr renforcée par la douceur des mélodies toutes dansantes, enivrantes comme des anciennes ballades qui s’écoutent et se dansent.

 

« Oui couvre-moi de mots

Écarte-moi de la colère

De cette honte que les gens trompés

Distillent dans la bière »

in Les gens trompés

 

Pour que naisse cet album, Baptiste W. Hamon a puisé dans de belles références poétiques et musicales, notamment Jacques Bertin, grand poète de la chanson française, dont il reprend le morceau Revoilà le soleil pour clôturer son album. Il reste aussi dans les traces de son idole Townes van Zandt en perpétuant l’âme de la country. Les collaborations les plus effectives de cet album sont celles qui l’ont vu travailler avec la chanteuse Lonny, qui a fait toutes les voix de l’album, avec Ane Brun (icône de la folk indie norvégienne) avec qui Baptiste chante en duo Laughter beyond the flames, et enfin avec John Parish (compositeur et producteur britannique qui a déjà œuvré sur des projets comme ceux de PJ Harvey), qui a réalisé et mixé tout l’album en l’accueillant au J&J Studio à Bristol.

 

 

            Sacralité du sentiment

 

« Les plus belles choses se consument

« Laisse-la partir », pense-t-il soudain

Puis se souvient de sa peau nue

Et de pleurer il se retient »

in Ils fument

 

            De cet album aux airs joviaux, apte à donner envie de vivre l’amitié et de s’adonner à une vie simple, on soulignera la profondeur de nombreux sentiments, comme l’amour donné dans sa forme la plus absolue. Avec des inspirations à la Louis Aragon ou à la Paul Eluard, il va même jusqu’à citer, par accident ou sans le dire, le très poétique – et futur saint – Charles de Foucauld dans le titre Je m’abandonne à toi, citation exacte de la prière à Dieu de l’ermite de Béni-Abbès.

 

Cette sacralité résonne aussi dans le titre Hosanna qui rend gloire à la femme aimée, perdue, retrouvée ou désirée : « Hosanna, si tu me veux, Hosanna, aux plus beaux des yeux ». C’est sûrement dans sa dimension la plus lyrique que l’écriture de Baptiste W. Hamon émeut aux larmes lorsqu’il interprète ses chansons en concert. (Sa Maroquinerie a lieu le 24 mai 2022).

 

« Moi je suis là je suis prêt à t’aimer

Je suis l’esclave d’un rêve

Où nous serions sauvés »

in Retrouvailles avec le froid

  

            On sait tous dès lors que les chansons de Baptiste W. Hamon resteront sur nos lèvres comme ce goût de whisky qu’il dépose sur celles de Dorothée.

 

Marie-Gaëtane Anton