Jacques : LIMPORTANCEDUVIDE, Ainsi soit la pop

Le 11 février 2022, Jacques a sorti son premier album : LIMPORTANCEDUVIDE. Cette information suffirait à aller l’écouter, car l’album de Jacques est le genre d’album que l’on guette, que l’on attend. Explications.

crédits : Alice Moitié

Si on connaît Jacques (Auberger) depuis son EP Tout est magnifique sorti en 2015 ou si on a suivi la sortie de ses 125 enregistrements sonores Jacques sous inspi en 2016, il est légitime d’attendre l’album de ce chercheur musical, philosophe sonore, atomiste du rythme.

Une fois l’expérimentation empirique du bruit du monde terminée, Jacques offre une somme de tous ses skills, et ils sont nombreux : mélodies positives et acidulées qui nous entraînent vraiment à la danse et comblent nos attentes de mordus de refrains, solos de synthés et de guitares qui font respirer chaque morceau, adlibs et voix chorales qui créent un contraste avec sa voix douce toute en retenue, rythmes pulsés des prods parfaitement synchronisés et surtout placement des paroles rimées et maîtrisées dans la punchline ou les toplines.  Comblé par l’aspect mélodique et musical, l’auditeur le sera, mais si cet album fait sens, c’est du côté du texte que Jacques étonne et force la joie.

« Une dédicace aux atomes dont je suis une formation » 

in Avec les mots

                                                                                                                                                          Jacques avec son âme de philosophe pose les questions, sans avoir toutes les réponses, pousse à la réflexion de l’existence et qui plus est sous des airs de pop. On ressent dans les textes de Jacques –  sûrement touché par la philosophie atomiste indienne ou grecque – un besoin d’effleurer les mêmes vérités qu’un Démocrite en Grèce antique : «la liaison fortuite des atomes est l’origine de tout ce qui est.»

 

Épars, les questionnements sont nombreux, sur le rôle et le pouvoir de la parole : « Avec les mots, ce que je dis n’est qu’une façon de parler de quelque chose de plus profond qui se déroule en moi, des choses que tu ne vis pas » in Avec les mots. Sur l’inconséquence de nos actes : « Je vois des méchants et des gentils qui se mélangent, quand je demande pourquoi on me dit c’est comme ça, mais je sais, je voulais savoir pourquoi c’est comme ça. » in Pourquoi c’est comme ça.  Sur la répétition du quotidien : « Chaque chose qui se passe ne fait pas un souvenir, les sourires sont au repos, chacun fait ce qu’il doit faire, c’est pas comme sur les réseaux. » in La vie de tous les jours. Sur la construction du souvenir : «  Tous les mots qu’on a dit, les envies qu’on avouait, c’était beau, c’était vrai, c’était tout ce qu’on avait. » in Qu’en avez-vous fait ? Sur la vacuité de l’existence : « Les jours passent et se répètent, j’aimerais bien que ça s’arrête, j’ai besoin de faire la fête, j’ai trop d’onglets dans la fenêtre ». in ça se voit. 

             Finalement, il fournit lui-même une réponse à toutes ses angoisses, car selon lui «il n’y a rien de plus vital que le vide de tous les jours». Le titre de l’album L’importance du vide prend son sens ici car à l’heure où chaque existence propulsée sur les réseaux doit avoir une validation plus forte que celle de son voisin, Jacques réaffirme que la joie et le bonheur peuvent se trouver dans la simplicité et dans l’acceptation d’une vie qui en apparence vide se remplit d’elle-même.

En terme d’écriture, on s’approche doucement d’un post-surréalisme qui crée des empilements d’images tout en effleurant la sensibilité de l’auditeur : «Emmitouflés dans leur lumière, les génies de lampes torches attendent que la lune vienne, pour vendre leurs astuces, cadavre exquis dans les hautes sphères, ça dessine l’avenir.» in Arrivera. Poésie à l’appui, cadavres exquis renaissants des cendres d’André Breton, Jacques surprend, émeut et renoue avec la pure énergie de la pop : celle de nous faire vivre une existence musicalement plus intense en nous rappelant que le vide de nos vies est en réalité ce qui la plus rend belle.

Marie-Gaëtane Anton