Béesau : Le souffle du sentiment

Béesau – musicien trompettiste, producteur et beatmaker – a sorti le 22 octobre 2021 son album Coco Charnelle (Part.1), projet réconfortant et lyrique aux sonorités électro, jazz, assorties d’ancrages plus urbains. Un projet bien construit et généreux pour accompagner l’automne et pour tenter de s’évader, de s’émouvoir et de rêver à des horizons proches ou lointains. Nous avons rencontré cet artiste sincère, exigeant, toujours en quête de douceur et d’émotions à partager, qui a toujours su utiliser son souffle et non sa voix pour toucher son public. Quand le souffle remplace les mots, la respiration devient langage.

En quête de douceur et de justesse

            Béesau a toujours voulu que son patronyme soit connu, il décide donc de l’honorer en le prenant pour nom de scène, en partie pour que tout le monde puisse un jour le prononcer correctement /bézo/. Avant la notoriété et ses premiers projets sous le nom de Béesau sortis en 2019, notamment l’EP Placement libre, le chemin a été long, semé de travail et d’évolution. Ayant commencé la trompette à sept ans, il a toujours eu le goût de composer. Même petit au conservatoire, il n’avait aucun mal à présenter ses compositions ! Adolescent, il se lance dans la production musicale pour des rappeurs ou des artistes polymorphes, le tout sans oublier sa trompette, instrument qu’il cherche à perfectionner pour qu’il lui ressemble parfaitement : « J’ai un son particulier de trompette, je voulais quelque chose de doux et sensuel, je voulais que ce soit agréable à entendre. Cela a été beaucoup de travail, pendant trois ans, j’ai fait ce que font les chanteurs avec des vocalises, tous les jours je travaillais une note et je voulais qu’elle me plaise à l’oreille. Je mets beaucoup de souffle et d’air et ainsi j’ai l’impression que quand je fais ça, j’arrive à faire passer plus de sentiments, et ma douceur je la transmets par mon instrument

            La douceur semble en effet un élément marquant de son art, ce qui produit à l’écoute des sensations mesurées et que chacun peut mettre au diapason de ses émotions. Libre et dénué de paroles, le travail de Béesau touche sans paroles comme une bande originale. Cette BO illustre ainsi nos vies, nos regards portés sur nos imaginaires, et on s’évade aisément en créant mentalement des plages de sable, des étendues d’océan, des rues mouillées par la pluie, des retours en taxi, des panoramas en hauteur, des perspectives de toits parisiens. Chaleur ou froideur, souvenir ou instantanéité, les projets où l’instrument est seul donnent une place importante à l’auditeur et à son ressenti émotionnel.

Une invitation au voyage intérieur

«Dès que je rencontrais une nouvelle fille

et que mon cœur commençait à battre pour elle

je m’enflammais direct 

et je fonçais tête baissée dans la relation.»

in Note Vocale -Rémy.

            Coco charnelle, est un album au titre évocateur où transparaît l’humour de l’artiste à la fois attiré par le travail de l’icône Coco Chanel et par l’aspect sensuel et érotique du lien humain. Sous le jeu de mot très French Touch se cache ainsi un univers de beauté érotisé.

            Béesau illustre principalement dans cet album le sentiment amoureux, sa force charnelle et son déclin, le tout avec l’éloignement et le recul nécessaire pour pouvoir savoir le bien ou le mal qu’il nous a fait. Les titres ancrent le récit émotionnel : Tout fini, Chute Libre, Sans nouvelles, Coeur à l’envers ou Adieu. On soulignera la poésie du son Bleuté, véritable voyage à travers des émotions vécues : « Bleuté raconte toutes les nuits d’insomnies dues à pas mal de séparations et de ruptures et je voulais raconter toutes ces nuits qui rendent le cœur bleu.» 

            Ses mélodies particulièrement cinématographiques s’éloignent de ses anciens sons plus solaires et légers, l’artiste semble désormais vouloir être sincère, authentique et cherche à se dévoiler en illustrant sa mélancolie et sa tendresse profonde. Il se livre d’ailleurs pour une fois en offrant sa voix à l’auditeur avec la présence de notes vocales dont une où il aborde l’illusion amoureuse, le choix de la passion puis sa disparition. « J’aime bien les albums où il y a des interventions orales sincères, vu que je n’avais pas l’occasion de raconter ce que je voulais dire dans ma musique, là je prends le temps de parler en mon nom, c’est Rémy d’ailleurs qui est indiqué et non Béesau. » Cette note parlée est aussi une sorte d’art poétique permettant de donner une lecture à l’ensemble de son travail. Être passionné dans la vie et dans son art comporte des excès et parfois des désillusions, le tout étant de les transformer en douceur poétique pour continuer à croire si ce n’est en l’amour alors en la vie. Face à cette générosité du sentiment et du passage du souffle à la voix, c’est nous qui respirons en entendant la voix de Béesau. 

Un beau casting autour du sentiment amoureux

« Les photos qu’on brûle

celles qu’on encadre

les phrases innocentes qui agissent 

doucement sur ton mental. » 

in Jour de moins

            Cet album est marqué par l’ouverture et la place donnée aux textes sur plusieurs sons, fruit de la volonté de collaborer avec des rappeurs lyricistes de qualité: Primero (membre de L’or Du Commun), PH Trigano (membre de Bon Gamin) ou encore Ever Mihigo (topliner pour Aya Nakamura, Némir ou Oboy). Ce virage particulièrement réussi vers la musique urbaine et le choix de collaborer avec des véritables plumes du rap s’est fait naturellement et en toute conscience pour ancrer le projet dans une contemporanéité artistique J’ai eu l’opportunité de rencontrer ces personnes et ce sont des gens qui sont dans mon cœur, ce sont des amis. J’avais une direction artistique sur le projet mais avec Primero par exemple j’ai rien eu à dire, il est sorti de la cabine et tout ce qu’il a chanté c’est ce que j’avais vécu. »

            La requête était de parler d’amour, de rupture, de moments passés afin que les paroles répondent aux mélodies de Béesau ; on entend ainsi Ever Mihigo dans Le cœur à l’envers chanter « Je veux renaître sans ton aide, mais je vois tes courbes dans mes insomnies, les fantômes de nos lovestory. » 

            A la suite de la première partie de Coco Charnelle, on peut donc attendre sereinement la deuxième partie qui sortira dans quelques mois et on a hâte de l’écouter en live le 10 mars 2022 au New Morning à Paris. 

Marie-Gaëtane Anton 

en remerciant Béesau pour sa précieuse collaboration

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus