Cannelle, nouvelle pépite montreuilloise qui va épicer la scène rap 2021

Crédit photo @kendricklamour

Cannelle, jeune prodige du RnB made in France, nous dévoile son premier EP Maison, concocté en full indé et mêlant sonorités caribéennes, dancehall, le tout dans un univers poétique et envoûtant propre au Cloud Rap.

Aux côtés de Lous and the Yakuza, Meryl ou Lala &ce, on peut désormais compter sur Cannelle dans le gang des jeunes artistes prometteuses. Découvrez le portrait de cette jeune femme aux textes sincères et émancipateurs.

Jouer, chanter et gratter des textes

Cannelle, jeune femme de 22 ans est la nouvelle pépite de Montreuil, cité qui a prouvé que la musique était dans son ADN, autant que dans celui de notre artiste. Depuis toujours portée par la musique, elle a pratiqué piano, batterie, guitare puis s’est mise au chant.

J’ai mal au coeur quand je te vois
Encore plus belle qu’avec moi
Nos années sont parties dans le fumoir
J’aimerais ne plus t’aimer avant ta mort”

(extrait de Jeux d’enfance)

C’est d’ailleurs dans sa plus tendre jeunesse qu’elle rencontre son ami et artiste Sean, et se souvient de beaucoup de temps passé dans la réserve du collège à chanter et écrire des textes avec lui. Plus récemment, après une licence d’architecture, c’est ce même Sean qui l’a poussée à reprendre sa première passion et à en faire bien plus qu’un passe-temps. Ainsi s’affirme Cannelle et un an et demi plus tard, voici son EP Maison. Nous sommes invités à rentrer dans cet univers généreux, sentimental et aussi sincère que cette jeune femme.

Une artiste indé bien entourée

Écrivant ses textes et peaufinant ses maquettes seule chez elle, elle s’est donnée à fond pendant deux ans pour sortir cet EP. Pour le boucler, elle a collaboré avec deux jeunes compositeurs/beatmakers de grand talent : Sutus et Roodie, tous deux très productifs en prods variées.

“Partir au soleil dans les Enfers
Le diable peut rester à ma table
Elle me file comme une étoile”

(extrait de Mélodie)

C’est de nouveau grâce à Sean, que Cannelle a croisé le chemin de Sutus – artiste à part entière qui a déjà sorti de très beaux EP aux ambiances 80s pop et également compositeur pour de nombreux artistes de la scène actuelle comme Joanna, Laylow ou Mikano. A la fin d’une résidence d’artistes, il n’a fallu que de quelques heures pour que la connexion naisse et se révèle concluante. A la suite de cet EP, il n’est pas impossible que le talentueux beatmaker l’accompagne encore pour la suite de son aventure. “Ça a collé, il m’accompagne dans le processus, dès la construction de la mélodie sur une topeline, puis à la direction artistique et jusqu’au prémixage.”

Un EP introspectif et poétique

C’est par ses influences que l’on comprend aussi son travail, le cheminement musical est clair : de la soul de Nina Simone à Amy Winehouse, le rap US old school de Tupac ou 50 cent, le rap français de sa jeunesse Booba, Rohff ou Bmx, jusqu’à Ama Lou, 070 Shake (à qui on peut la comparer aisément) et Hamza bien sûr (artiste francophone qu’elle écoute le plus).

“Pour moi elle fait de la pole dance
On aime la vie parce qu’il n’y en qu’une
L’esprit clair vers la Lune”

(extrait de Maison)

Pour toucher son public, elle choisit le français et s’intègre à cette scène féminine francophone aux textes maîtrisés, remplis de métaphores et d’évocations poétiques de son quotidien, cherchant la définition de qui elle est dans les relations avec sa famille, ses amis et ses amours.

“Tout ce que j’écris, je le vis.” Si on lui demande si ses textes sont sincères, aucune hésitation : “ C’est 100% autobiographique. Pas besoin de street cred, je reste moi-même et je trouve l’inspiration dans ce je vis. De toute façon, les relations c’est ce qui te crée.” D’où le titre Maison, l’invitation est claire : “Bienvenue chez moi”.

Des textes émancipateurs et sensuels

Dans le son Pour Elle, Cannelle donne vie à une histoire de séduction entre deux femmes, magnifiquement mise en scène dans le clip de Lucie Morey, relations encore trop discrètes dans l’univers élargi du rap dont Cannelle fait partie. Et elle nous le confirme :

“Ça se voit pas souvent c’est vrai, mais le clip s’est fait naturellement, mes relations ont toujours été acceptées, ça n’a jamais été un problème autour de moi, j’ai eu de la chance, tout le monde ne l’a peut-être pas eue. Dans la vie il n’y a pas à débattre de ça, on ne devrait même pas en parler.

Tout ce que j’écris ou ce que je fais, dans le clip, je suis comme ça. Un mec ou une meuf, hétéro ou gay, ça se flirte. Dans ma musique, je parle d’une relation que j’ai vécue, c’est un son pour moi plus que pour les gens mais si ça peut aider, tant mieux.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Cannelle (@cannellestz)


Dans Père Labat (une célèbre marque de Rhum agricole de Guadeloupe), on retrouve un motif de la poésie lyrique, dans la lignée d’Apollinaire : l’ivresse physique et l’ivresse sentimentale. “Je viens de Guadeloupe, même si je suis une antillaise de métropole. Un soir, dans ma chambre, je voyais une bouteille de Père Labat, je pensais à mon grand-père, en plus c’était une cuvée spéciale. Donc l’ivresse des sentiments, oui, je parle des trucs qu’on pardonne pas, de l’amour, de la mort, de l’amitié.

“Il n’a fallu qu’une nuit pour aller à Bogota
Elle me réconforte Baby Wine
Ses hanches se cassent
Courir sans regarder le temps”

(extrait de Pour Elle)

Après cet EP prometteur, on attend la suite, un deuxième projet, une première scène dans quelque temps et pourquoi pas des feats avec Meryl, Nyokô Bokbaë ou bien sûr Sean avec qui elle se laisse le temps pour concrétiser de futurs projets.

Abonnez-vous à notre POP NEWS hebdomadaire ici.

Marie-Gaëtane Anton

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus