Comment le fabuleux duo M/M a repoussé les frontières du design graphique contemporain

M to M of M/M (Paris), Volume 2 – Édition Thames & Hudson © Thames & Hudson

En attendant la réouverture des musées d’Orsay et du MAD – ayant invité Mathias Augustyniak et Michael Amzalag pour une rétrospective, l’ouvrage Volume II de M et M of M/M vous présente les principaux faits d’armes de cette célèbre agence de graphisme française, emblématique du XXI siècle.

A travers une double exposition intitulée D’un M/Musée à l’autre et dédiée à l’agence d’artistes graphistes et designers française formée par le duo Mathias Augustyniak et Michael Amzalag, les deux musées parisiens (Orsay et le MAD aka le Musée des Arts Décoratifs) présentent (enfin présenteront… quand le confinement sera levé) un parcours de part et d’autre de la Seine, dans leurs collections permanentes. Cette exposition fait écho à la parution de l’ouvrage Volume II de M to M of M/M (Paris) qui dévoile une seconde monographie complète de leurs travaux au sein de l’agence M/M.

Repousser les frontières du design

L’imprimé, le dessin, la photographie et une « approche hors normes de la typographie » se trouvent au cœur du travail de M/M, depuis leurs débuts en 1992 (après un parcours commun à l’ENSAD – Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs) comme le raconte Mathias Augustyniak : « Pour survivre et être compétitif avec les machines, un graphiste contemporain doit être auteur, penseur, poète, journaliste, philosophe… » (source : Libération).

Décloisonnant les arts plastiques, les arts décoratifs et du design, le duo a d’ailleurs mis au point The New Alphabet à découvrir au Musée d’Orsay dans le cadre de cette double exposition. On y retrouve leur « alphabet anthropomorphe”, soit une « incarnation graphique des 26 lettres par des personnalités de la culture contemporaine » de Cate Blanchett à Xavier Dolan. Fabuleux !

Extrait de The New Alphabet (2016) – affiche sérigraphiée (Courtesy Galerie Air Paris)

Une monographie complète

Publié pour coïncider avec cette double exposition (aujourd’hui hélas inaccessible, mais prévue jusqu’en janvier 2021), M to M of M/M (Paris), le deuxième volume de la monographie du duo, présente leurs travaux récents sous la forme d’un alphabet de A à Z illustré, qui débute et se termine par la lettre M. Plus de 850 images de leurs projets sont accompagnées d’entretiens et de série de conversations avec des personnalités de référence, offrant ainsi un aperçu très stimulant de leur esprit créatif.

Ce livre est le résultat d’une gestation de plus de 8 années et permet selon Mathias Augustyniak, d’avoir « un regard extérieur » sur leur travail et leur procurer « un sentiment de grande quiétude. »

Aperçu de la seconde monographie sur le duo M/M (aux éditions Thames & Hudson)

Retour sur leurs débuts (en musique)

A leurs débuts, Mathias Augustyniak et Michael Amzalag travaillent essentiellement pour l’industrie musicale, assurant la direction artistique du magazine des Inrockuptibles (Michael Amzalag de 1989-1990) et signant également des pochettes d’albums et visuels pour des artistes aussi prestigieux que : Etienne Daho, Madonna, Björk ou encore Benjamin Biolay.

On dit même souvent qu’il y aura eu un avant et un après pour Björk. En tout, ce sont plus de 15 ans de collaboration avec l’artiste islandaise. Passant de l’image enfantine, à une véritable icône, le studio M/M reçoit même deux Grammy Awards pour leur travail avec elle, notamment sur l’album Biophilia en 2011. Typographies, visuels, artworks… leurs créations graphiques sont incontournables depuis Vespertine (2001).

Des décors à l’art contemporain

Pour le théâtre de Lorient et théâtre national de Bretagne, le duo signe des affiches (dont une fabuleuse série de posters narratifs) mais aussi des décors d’opéras dont on retiendra leurs ouvrages pour Antigona de Tommaso Traetta ou encore La pluie d’été/Hiroshima mon amour de Marguerite Duras.

Quant à leurs collaborations avec des artistes contemporains et plasticiens, ils peuvent se venter d’avoir côtoyer un Philippe Parreno, et Pierre Huygues. Sans oublier leurs collaborations avec des institutions culturelles comme le Centre Pompidou, le Guggenheim Museum ou la Tate Modern. Sans oublier les logos de la FIAC et des Galeries Lafayette, qui sortent encore de leur imagination !

Les deux pieds dans la mode

De Balenciaga à Yohji Yamamoto, en passant par APC, Calvin Klein et Jil Sander, le duo ratisse large et se fait une réputation de rêve ! Ils assurent également la direction artistique de Vogue Paris (2000-2002) et sont invités à rejoindre le jury mode du Festival d’Hyères en 2020 :

« A force de donner vie aux vêtements des autres, nous avons développé une vision beaucoup plus claire de ce qu’est un créateur de mode. C’est intéressant d’essayer d’encourager de nouveaux personnages qui agiront dans le milieu de la mode. Ou peut-être pas ».

Autre coup de maître de M/M : des écharpes de soie en édition limitée (inspirées des peintures de Georges Condo) illustrant les personnages fantastiques de l’album My Beautiful Dark Twisted Fantasy de Kanye West paru en 2010 (et dont le studio M/M avait signé le packaging). Décidément, rien ne les arrête !

En attendant l’exposition D’un M/Musée à l’autre au Musée d’Orsay et aux Arts Décoratifs de Paris, vous pouvez commander leur retrospective illustrée Volume II de M to M of M/M (Paris).

Abonnez-vous à notre POP NEWS hebdomadaire ici.

Abigaïl Aïnouz

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus