Danyl, qui va piano va sano

Crédit LEA NIVET

Sélectionné aux Inouïs du Printemps de Bourges, ce jeune rappeur parisien vient de sortir l’EP Chulito, révélant un talent évident de beatmaker et punchlineur : sincère et pop dans l’âme. Pianiste de formation, la success story de cet hyperactif est déjà toute tracée !

Pendant une semaine, la trentaine de jeunes pousses des Inouïs du Printemps de Bourges – dont les concerts se déroulaient exceptionnellement à la rentrée, Covid oblige – se sont réunis… à Bourges (grosse surprise), pour rattraper le temps perdu de cette année marquée par la mise à l’arrêt de la quasi totalité de l’industrie du spectacle vivant. Au programme des festivités, des cours (conférence sur Spotify, communication Digitale…) , et des concerts majoritairement réservés aux professionnels de la musique. Et tout ça dans la joie et la bonne humeur comme nous raconte DANYL, de la sélection Hip-Hop Ile-de-France :

“Les Inouïs, ça fait un peu délire colonie de vacances, on dort tous dans une auberge, qu’on appelle le dortoir, c’est très scolaire !”

A ses côtés pour cette formation : son manager, Dalil Issad, également co-producteur de leur label ALIWA, et pas très loin, ses « copains de promotion » que sont Alicia, le R&b de la franco-algérienne Oordaya ou encore Michel : “il y a une bonne émulsion, le cadre est bien et tout le monde est hyper cool, MÊME LES GENS QUI FONT DU ROCK” conclue Danyl. Prenez ça dans les dents les baby rockeurs ! Sans rire, Danyl, est un rappeur, loin de se formater au genre dans lequel il concourt pour les Inouïs, venant lui-même d’un horizon bien plus classique : le piano.

Le piano comme premier amour

Embrigadé au conservatoire de Paris depuis ses 6 ans, ce rappeur du 13e arrondissement valide une formation très classique et rigoureuse de solfège : “Ma mère a une formation de pianiste, elle m’a forcé, j’ai boudé au début mais aujourd’hui je la remercie d’avoir insisté (rires).” De cette formation théorique, il tient ce goût pour le taf bien fait :

“Ça m’aide beaucoup dans la composition, même le solfège c’est chiant mais ça m’aide au final. Je compose tout au piano aujourd’hui”

Et à en écouter son dernier EP Chulito (qui vient de paraître en cette rentrée), on se doute qu’un grain de sable l’a légèrement dévié de sa trajectoire. Légèrement… Car à la maison, ses parents d’origine algérienne penchent plus pour le raï et la chanson française côté paternel, sa mère pour le rock anglophone, “et mes oncles me faisaient écouter du rap”, merci les tontons !

Si il débute sa carrière musicale comme beatmaker pour d’autres rappeurs, rapidement “frustré” de voir ses prods s’envoler, il décide un jour de poser lui-même ses compos. La machine est lancée !

Repéré par Spinnup, la plateforme de distribution digitale l’aide à trouver ses premières dates, notamment aux Bars en Trans et au MaMA 2019 (deux autres grands RDV de l’émergence, rassemblant moult professionnels de la musique), puis de fil en aiguilles, il se fait sélectionner par les Inouïs du Printemps pour qui il a joué la semaine passée, un premier concert devant un public de pros assis “ça ressemblait à un cabaret ! Je suis allé les chercher plus que d’habitude, mais au final j’appréhendais plus qu’autre chose !”

Une quarantaine hyperactive

Après un premier EP en hommage à son background, Partition, Danyl se révèle donc sur ce tout nouvel EP Chulito, plus abouti tant par ses productions (qu’il signe intégralement) que par son écriture : “Chulito, c’est un peu la V2 de Partition” ironiste-il.

Et il faut dire que cet hyperactif n’a pas chômé cette année ! Le confinement étant le meilleur moment pour cet étudiant en cinquième année de pharmacie, d’enfin se consacrer pleinement à la musique. Gardant bien les pieds sur terre, le rappeur confie avoir persévéré dans son parcours étudiant pour “rassurer les parents et sécuriser mon diplôme”.

Alors autant dire qu’en règle général, ce gros bosseur ne dort pas des masses, comme son quotidien le trahit : la fac ça me prend du temps, je travaille à l’hosto en journée, après je vais donner des cours de maths pour gagner de l’argent”.

La quarantaine, va donc lui permettre de mettre les bouchées double sur son travail de compositeur, producteur, machine à tout faire (il monte même ses propres clips) et de boucler son EP Chulito à temps pour la rentrée. Chez ses parents, dans sa chambre transformée en studio, il s’enferme toute la journée pendant les 2 mois de quarantaine, et ne perd pas une minute :

“Pendant le confinement, j’ai appris à être plus pointu, comme un sportif qui s’entraîne, je faisais des prods tous les jours, je regardais des tutos. J’ai appris aussi des nouvelles techniques de mix et de composition”.

Et il n’y a qu’à écouter Chulito pour comprendre que le travail paye. On est sous le charme de ses punchlines sincères et entêtantes, qu’il a peaufinées pour plus d’effets dans des writing camps initiés par son éditeur Universal : “J’ai beaucoup écrit cette année, j’ai appris à dire des choses plus vraies, plus sincère, pour que ça touche plus les gens, à recentrer et simplifier ma plume”.

IN-FA-TI-GABLE

Influencé par Bad Bunny, Rosalia ou encore le prodige Post Malone, en ressortent des petits tubes comme PARDON MA BELLE, ou les vibes sud américaines de PILI PILI. Ah oui, on vous l’a pas dit ? L’infatigable Danyl a aussi passé plusieurs mois en 2018 dans un bidonville au Pérou pour une association montée avec ses copains de pharma, “une révélation musicale et humaine, ça m’a vraiment mis une tarte”.Et pendant que vous étiez sur instagram, Danyl lui récoltait des fonds pour acheter des médocs et réaliser des formations pour des soins aux premiers secours :

“Toute l’année on a fait des collectes pour récolter des fonds pour ce voyage humanitaire, j’étais à la caisse des supermarchés et j’emballais des cadeaux pendant les fêtes de fin d’année.”

Loin du bad boy et des punchlines ego-trip donc, la recette gagnante chez Danyl, c’est cette “âme de lover” et ce fond de bouillon très pop “qui te parle dès la première écoute.” Pas une surprise, si ce fan de success stories, voue un culte à Stromae, Ed Sheeran, ou encore Drake. Et le dernier défi de Danyl ne risque pas de calmer son délire stakhanoviste ! Le pitch ? Faire une vidéo par semaine sur Youtube, comme un documentaire de mon quotidien”. Le top départ a été lancé le 27 août dernier et on vous donne RDV dans un an pour faire un bilan de SA success story ! “Ca me motive grave !” nous répond-il. Et nous aussi !

Découvrez le dernier EP de Danyl, Chulito sur toutes les plateformes.

Abonnez-vous à notre POP NEWS hebdomadaire ici.

Abigail Ainouz

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus