Cet été, révisez-vos classiques à la Cinémathèque française

Plein Soleil (1960) de René Clément, avec Alain Delon, Maurice Ronet et Marie Laforêt

A l’occasion de sa réouverture, la Cinémathèque met le cap vers les grands classiques du septième art. Dans une sélection (très masculine), la salle offre un tour du monde de ses chefs d’oeuvre, de Ford à Ozu en passant par Truffaut.

La cinémathèque ouvre avec une exposition sur Louis de Funès mais se tourne délibérément vers l’international avec un programme de projections de nombreux classiques du 15 juillet au 30 août. Pour ce retour des salles obscures, les consignes sont claires : sens de circulation, port du masque obligatoire (avant et après la séance), jauges réduites, gel hydroalcoolique à disposition etc.

Si les films français sont à l’honneur (Jacques Rivette, Robert Bresson, Jacques Demy, Jean-Luc Godard…), on retrouve aussi les trois grands réalisateurs japonais Yasujiro Ozu, Kenji Mizoguchi, Akira Kurosawa, les réalisateurs d’origine allemande Ernst Lubitsch et Max Ophuls ou encore la poésie italienne de Frederico Fellini. Bien-sûr, le cinéma américain n’est pas en reste avec la diffusion de Beau fixe sur New York de Gene Kelly et Stanley Donen et Qu’elle était verte ma vallée de John Ford.

Un bémol toutefois, l’absence de films réalisés par des femmes dans la sélection. A l’heure où les festivals signent des chartes en faveur de la parité, où les artistes invisibilisées comme Alice Guy-Blaché sont enfin remises sur le devant de la scène à l’occasion de conférences, il serait bon que la cinémathèque se mette à la page. Qui mieux qu’une institution comme la cinémathèque peut  étoffer notre répertoire cinématographique ?

Malgré tout, après des mois à regarder les films en streaming (notamment sur Henri, la plateforme gratuite de la Cinémathèque), il est bon de retrouver les classiques sur grand écran ! Côtés tarifs, des bons plans sont à retrouver sur le site de la salle.

Le programme complet des projections estivales est à retrouver en ligne.

Abonnez-vous à notre POP NEWS hebdomadaire ici.

Mathis Grosos.

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus