Retour à l’anormale ? Les producteurs de spectacles en pleine interrogation…

Crédit : Markus Spiering (source Flickr)

Comment retrouver la convivialité d’un concert et anticiper la fin de la crise du Coronavirus en tant que producteur de spectacles ? Rencontre avec Julien Catala, fondateur de l’agence artistique SUPER MON AMOUR.

Après plus de deux mois sans concert et des festivals d’été annulés, l’industrie du spectacle prend de plein fouet la crise sanitaire du Covid-19 et subit des dégâts financiers considérables, risquant ne pas se remettre en marche avant début 2021 – aucun grand rassemblement n’étant envisageable jusqu’à présent. Suites aux annonces présidentielles quant au statut des intermittents et le lancement prochain d’un « grand programme de commandes publiques » pour les arts, nous avons rencontré Julien Catala, directeur de Super Mon Amour (producteur de spectacles, et organisateur des festival Pitchfork, Villette Sonique et le MIDI festival) pour en savoir plus sur leur situation. Nous sommes notamment revenus ensemble sur les consignes sanitaires (distanciation sociale oblige) et des dates de reprises encore très floues…

Quelle est la situation actuelle de Super Mon Amour ?

On est 15 employés et on est tous en chômage partiel et en télétravail. Pour la plupart des postes comme la communication, la production et l’administration: il n’y a plus rien à faire. Au booking, on a encore un peu de travail pour décaler les concerts.

Combien de dates ont été annulées à ce jour ?

Sur 1000 dates de concert qu’on organise chaque année, 200 ont été annulées mais on arrivera facilement au triple si rien ne démarre avant la rentrée. Les tournées ont elles été totalement annulées et certains concerts seulement ont été recalés.

Le MIDI festival et Villette Sonique ont été annulés, et pour Pitchfork festival (prévu en novembre) on en sait pas encore…

Un concert annulé, ça met combien de personnes aux chômage et combien de métiers ?

Il y a tous les techniciens qui travaillent sur le concert : son, lumière, agents de sécurité, l’équipe de la salle, la communication et l’administration de la salle et l’environnement de l’artiste, le MGMT des artistes, enfin le service de billetterie et à l’entrée de la salle… soit une quinzaine de métiers au chômage.

Vous misez sur un redémarrage à la rentrée ou en 2021 ?

On a pas de visibilité claire, de quand on va pouvoir reprendre les concert…tout le monde travaille un peu à vue, on essaye de réagir un peu chaque jour par rapport à la crise.

Au départ, les concerts étaient annulés jusqu’à l’été, donc on a tout redécallé du printemps à la rentrée, et là ça s’annule à nouveau, donc on repousse vers 2021.

Décaler tous ces concerts, ça poste de nouvelles contraintes n’est-ce pas ?

Sur le premier trimestre 2021, toutes les salles commencent à être complètement saturées avec les concerts reportés.

Chez SUPER on a quasiment que des artistes internationaux, donc même si on nous dit qu’on peut reprendre les concerts en septembre bah la plupart des artistes anglais ou américains ne vont pas encore sortir de leur territoire ! donc pour nous avant 2021 il ne va rien se passer.

Est-ce que cela vous oblige à réinventer le live et envisager un live stream payant tel que le portail américain Veeps ?

Au niveau du modèle économique, on ne peut pas vraiment vendre de billet pour voir un artiste en stream…. Après c’est important pour les artistes de continuent à s’exprimer et qu’ils peuvent communiquer à leurs fans. Mais pour nous, producteurs de spectacles : un concert c’est plus que voir un artiste sur scène, mais c’est aussi être avec ses amis, boire des coups, passer un moment convivial. Si c’est juste regarder un artiste devant un écran…

L’annonce de « respecter une distance physique suffisante d’environ 4m2«  ça vous parait envisageable ?

Tout d’abord, j’ai pas vraiment d’idée précise sur ce qu’on devra faire pour organiser un concert, rien que la date. Et je ne comprends pas très bien si la jauge sera réduite… Ca me parait pas très réaliste ni très clair. Réduire la jauge des salle ça va être compliqué !

L’économie d’un concert et l’équilibre financier d’un concert, elle ne se fait pas au sold out (complet) mais le break (ndlr : le seuil de rentabilité) est plutôt à 1700 places sur une salle de 2000 places. Ainsi, si on y met 1000 personnes seulement, économiquement c’est unbreakable : on ne peut que perdre de l’argent. C’est pas viable !

Par rapport à des géants comme LIVE NATION (500 millions de dollars d’actions de la société internationale de spectacles Live Nation ont été investis par le fond public d’investissement d’Arabie saoudite) comment s’en sortir ? Via la solidarité collective, telle que l’appel des Indépendants de Lyon, acte 2 ?

J’avais suivi leur premier appel oui, et je vais me rapprocher d’eux rapidement. Je fais aussi partie du syndicat PRODISS (syndicat national du spectacle musical et de variété) présidé par Olivier Darbois (directeur de Corida). Il y a des réunions souvent, et ils se bougent beaucoup pour tous les producteurs. Ils essayent de pousser pour qu’il y ait un fond d’aide pour les concerts et festivals annulés…

J’échange beaucoup avec des agences similaires à la nôtre comme UNIT, Corida ou Octopus… On voit les choses de la même manière et on se dit même qu’à l’avenir, il faudrait s’entraider entre structures. Pourquoi pas co-produire des artistes et des festivals ensembles, une sorte de solidarité entre producteurs.

Qu’est ce que vous pourriez attendre du gouvernement pour vous aider ?

De toute façon, on ne pas pas refaire des concerts maintenant donc il faut attendre que la crise sanitaire soit passée.. Ils peuvent pas faire grand chose à part créer un fond de soutien comme ils ont fait après les attentats du Bataclan pour aider les festivals et concerts (en dédommagement des frais de sécurité supplémentaires, un fond avait été mis en place) et je sais qu’ils sont en train de travailler la-dessus.

Est ce que le fait d’acheter des billets de concerts dès maintenant, ça peut déjà vous aider à repartir ?

On a encore des concerts en vente, même si ils sont décalés.. mais même si le public achète sa place aujourd’hui pour un concert, nous on va toucher l’argent après le concert, c’est la règle, donc ça ne change pas grand chose.

Pour l’instant, on perd donc de l’argent, on a aucune rentrée depuis mars. On va faire une année blanche, une année à perte…C’est possible que ça mette en péril des boîtes indépendantes. J’essaye d’être optimiste, je me dis qu’à un moment donné ça repartira.

Est-ce que le public pourrait être frileux à l’idée de ressortir en concert après la crise ?

Je pense que les gens vont vouloir ressortir si c’est dans de bonnes conditions. Après les attentats du Bataclan, on voulait sortir en terrasse et au resto… Et je pense qu’il y a une résilience assez forte surtout du public de la musique et des concerts. Les gens vont vouloir y aller à fond, enfin j’espère…

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus