Envolée lyrique « Par-Dessus La Ville » : le premier EP prometteur de Cigogne 3000

Illustration du coloc de Martin alias Cigogne 3000 : Thomas @aroused__ sur Instagram

Du Hang Drum à des samples de musique traditionnelle orientale en passant par la folk, le producteur electro Cigogne 3000 prend son envol avec un premier EP qui saura vous faire voyager au gré de tonalités venues d’ailleurs. 

Derrière les productions raffinées de Cigogne 3000, se cache le talentueux Martin Lagache : planneur stratégique chez BETC Paris le jour, et musicien passionné la nuit. Ce producteur autodidacte découvre le logiciel GarageBand dès 12 ans et peut aussi se vanter d’avoir une formation classique de solfège, de piano classique et de guitare. Au lycée, il intègre un groupe de rock avec qui il a l’occasion de se produire dans quelques salles mythiques de la capitale (du New Morning, à l’Elysée Montmartre ou encore à le Badaboum). Par la suite, il crée avec des potes le collectif électro Bonne Nouvelle qui marque ses débuts sous le pseudo Cigogne 3000 :

« Pour mon alias musical, j’ai sauté le pas lors d’un réveillon organisé où on était plusieurs à mixer. On voulait annoncer le line-up avec des noms plus farfelus les uns que les autres. J’ai proposé Cigogne 3000 au milieu des Fruit & Légume, Shanti, Crokou, Repascomplet ou encore Loline et ça a plu, c’est resté. »

Un mélange d’électro et d’instruments traditionnels

L’EP Par-Dessus La Ville c’est avant tout, un projet intuitif. Martin s’inspire de ses voyages et de ceux de ses proches à l’instar du morceau The Girl From Cairo : « Je me suis donc plongé dans la musique de l’Egypte ancienne qui a été redécouverte au XXe siècle par Soliman Gamil, qui est un compositeur mythique ». Quant à Shiraz Nights, c’est à la musique iranienne qu’il rend ici hommage.

« Il y a parfois un côté oriental avec des samples de musiques égyptienne, chinoise, iranienne, parfois très folk à la José Gonzales ou Kings of Convenience, et souvent très house, avec des bons kicks rythmés, des basses profondes et des chords (accords en anglais). »

Techniquement, le producteur s’inspire d’instruments comme le Hang Drum « très doux, avec beaucoup de souffle » mais fait aussi appel à des samples de musique orientale d’Egypte et d’Iran, dont il mélange et modifie les effets. Et pour donner une patine plus moderne, il mêle parfois de la guitare folk à tout ça : « Tout ces éléments apportent une teinte acoustique et organique aux morceaux qui vient tempérer le reste qui est très électronique. Ça équilibre. »

« J’aime beaucoup tout ce qui évoque l’air, le souffle, l’espace, le vent… Donc j’ai l’impression de faire une musique assez aérienne, avec pas mal de reverbs et des traînées de son qui évoquent un grand espace. »

Ses morceaux de confinement

CIGOGNE 3000 nous confie les morceaux écoutés en boucle pendant sa quarantaine : « les albums du groupe Texans Khruangbin, le premier album de l’icône folk des sixties Joan Baez, le dernier album de TOPS et celui de Men I Trust et beaucoup de NEIL FRANCES ». On vous conseille donc de prendre des notes car il nous dévoile en exclusivité quelques uns de ses morceaux préférés :

En attendant de retrouver petit à petit « la ville qui vit véritablement, qui vibre, comme avant », vous pouvez écouter son EP et vous envolez Par-Dessus la ville.

Abonnez-vous à notre POP NEWS hebdomadaire ici.

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus