Carnet de bord de Laura Cahen : fantômes cuivrés, soleil lorrain et gnocchis faits main

Laura Cahen confinée dans son appartement familial lorraine

Depuis sa ville natale où les cloches ponctuent les heures des journées de quarantaine, la songwriteuse nous livre un carnet de bord poétique et illustré, ainsi qu’une playlist addictive : Héroïnes.

Après avoir sorti à la fin de l’année la très belle chanson La complainte du soleil (extrait de la BO du long-métrage d’animation césarisé de Jérémy Clapin J’ai perdu mon corps), la Nancéienne bosse actuellement sur son nouvel album (succédant au possédant Nord paru en 2017 ) depuis le domicile familial. Elle qui devait y rester le temps d’un weekend de printemps, s’y est retrouvée coincée pendant ces 2 mois de confinement. Alors pour s’occuper, elle poste toutes les semaines sur sa page facebook une reprise.

Découvrez le journal de bord lu à haute voix de Laura :

Journal de bord de Laura Cahen 

« C’est bien la première fois que je réponds à l’appel d’un général... faut dire que le président a dit que nous étions en guerre.
Tous les matins je me réveille à la cloche et je regarde l’église en face, admirative et dubitative à la foi. Je ne crois pas en Dieu je crois, enfin même si j’y croyais, ça ne serait pas celui-là. Dommage.

9h, je quitte ma cabine de parquet, lin et Velux. J’observe dans la pièce à « vivre » les variations géométriques qu’un astre qui m’est cher dessine sur les poutres et les plantes. Mon ombre est là aussi. Pour être plus claire, le soleil ne trace pas encore tout à fait la fenêtre au sol, elle apparaîtra dans une vingtaine de minutes, entre la table et le mur du fond.

J’écoute la rue qui ne me parle plus vraiment. Je pense à me mettre au vert et à ce que ça pourrait vouloir dire concrètement. Réévaluation de l’espace/temps, subie…salutaire ?

9h30, un peu plus de pragmatisme, Corn flakes, lait d’amandes et citron chaud.

Ma localisation : Latitude : 48.6833 – Longitude : 6.2

Je suis confinée à Nancy, ma ville natale. J’ai quitté Paris le 12 mars pensant rentrer 3 jours plus tard. Changement de plan inopiné, les jours se succèdent et ne se ressemblent pas tout à fait.

La radio émet des messages que j’écoute d’une oreille inquiète ou distraite selon le jour.
Mon contact avec la civilisation, c’est aussi les vidéos de reprises que j’enregistre en solitaire solidaire. J’essaie d’imaginer les visages, ceux qui me nourrissent et me donne en général le change. J’ai hâte qu’ils s’incarnent pour de bon d’ici… bientôt.

Vers 13-14h des machines se mettent à fumer, de la vapeur d’eau s’échappe d’une cuisine qui n’a d’américaine que l’étiquette, son habit est métro parisien. J’ai testé les gnocchis. Réussite. J’ai envisagé les croissants. Échec.

Ah aussi, il y a toujours ces cloches qui ponctuent tous les quarts d’heure et hantent mes prises de son, fantômes cuivrés, musique inédite ancestrale et rituel ingérable. (Oui, je tente de terminer l’enregistrement de mon second album en « télétravail« .)

Ces petits échecs de manœuvres et impairs de navigation provoquent des fous-rires domestiques qui n’ont pas de prix. Charlotte triche au Mikado, râle quand elle tombe sur mes chaussettes délaissées, et je perds tous mes capos.

Je n’ai ni le pont ni la proue pour amorcer un bronzage saisonnier, mais me trouve très chanceuse, et pense fort à tous ceux qui le sont beaucoup moins. C’est peut-être le moment de sérieusement recueillir et faire quelque chose des nombreuses bouteilles jetées à la mer.

Quand la nuit tombe, je laisse le tour de garde à d’autres, et m’en vais parfaire ma culture cinématographique, enfin surtout rattraper un retard un peu inculte. Je ne peux hélas, pas voyager dans le temps comme Marty, ni apprendre le kung-fu en un clin d’œil comme Néo. Et le confinement, ce n’est pas le jour de la marmotte ni celui du cake à l’ananas, mais ça y ressemble un peu… »

 La playlist Héroïnes de Laura Cahen

Pour se mettre en route, on débute cette sélection avec une autre talentueuse Laura… Laura Marling. Mais vous aurez aussi droit à Britney Spears ou Kadhja Bonhet, l’amplitude est grande pour cette enfant des 90’s. Cette playlist Héroïnes rassemble ainsi les grandes prêtresses de la pop, de la chanson et de la folk que Laura écoute et admire. Bonne écoute !

Retrouvez d’autres playlists et carnets de bord.

Abonnez-vous à notre POP NEWS hebdomadaire ici.

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus