Journal de bord de Fils Cara : « on ne peut pas faire mieux que le temps pour transformer les choses »

Extrait du compte instagram de Fils Cara

Alors que Christophe vient de nous dire adieu, la relève de la chanson française continue son bout de chemin comme nous le suggère poétiquement Hurricane, nouveau single de l’artiste stéphanois. 

Adoubé par la maison de qualité Microqlima, Fils Cara répondait récemment à notre interview à l’occasion de la sortie de son disque VOLUME et précisait être très attaché à ses origines et aux valeurs de la famille. C’est donc tout naturellement que nous le retrouvons en train d’écrire son carnet de bord « dans la campagne environnant Saint-Etienne. »

« Derrière la fenêtre j’vois des figurines comiques, je sens qu’un truc is coming » HURRICANE

Après l’EP urbain Volume, Marc (aka Fils Cara) qui n’a pas l’habitude de rentrer dans des cases, fait son retour aujourd’hui même avec le single Hurricane. Il s’y laisse aller sans aucune retenue, au gré de ses introspections et autres pensées personnelles… tout comme dans son journal de bord. Produit par la Blogothèque, le clip de Hurricane se dévoile : épuré, noir et blanc, Fils Cara au micro, son frère au piano. Magnifique !

Journal de bord de Fils Cara

« C’est rarement précédant 10h que je pose les yeux sur quelque horloge à la maison.
Elle est faite en bois et en pierres immenses, elle est percée de minuscules fenêtres.

Les journées ici ne ressemblent à rien de séquençable, comme du cinéma pur.
Je suis dans la campagne environnant Saint-Etienne.

Les chansons semblent s’écrire sans mon intervention, les moutons regardent le ciel comme si c’était le premier étage.

On est deux dans cette maison microscopique, la nature continue de naturer.

J’écoute la plupart du temps des voix, {les vôtres}, sur des stories, au téléphone,
je fume peut-être deux cigarettes et je me remets au travail.

Ma recherche dedans ou dehors le confinement, c’est la même, j’avais dis que je ferais des pompes à 19h finalement.

Le cours du navet est apparemment au plus bas néanmoins Francis (ndlr : le frère de Marc, leader de Fils Cara) écrit de la musique sublime j’espère le retrouver vite. Paris aussi, retrouvée ni trop tôt ni trop tard.

Un disque que j’aime à la peau sort le 29 mai.

J’ai enregistré une conversation étonnante avec un des moutons qui disait s’appeler Philippe. Ci-jointes les 25 secondes les moins utiles à la compréhension du sujet de conversation dont il était question, je laisse chacun imaginer ce qui s’est dit après le « écoute » :

Chaque après midi comme un rituel je fais du pierre-ball, un sport préhistorique au golf qui consiste en à peu près le même principe. Voici le temps fort d’un match historique, enfin.

Quelques soirs, on fait la fête chacun de notre côté réunis dans des salons audios sur Discord avec le Yun, La Belle Vie, Osha, Francis.

J’écoute en boucle les épisodes de Radio LaBelleVie

J’ai dansé pour Hugo Pillard (TRENTE). Tout ça ressemble à de l’art.

On peut faire voler une maison avec des ballons gonflables, c’est montré dans Là-Haut,
mais on peut pas faire mieux que le temps pour transformer les choses en d’autres choses.

Marc. »

Retrouvez tous nos carnets de bord ici.

Restez au courant de notre actualité en vous abonnant à notre POP NEWS.

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus