« Est-ce que ce monde est sérieux ? « : OJOS détourne Cabrel pour notre plus grand bien

© Alexis Delong

Bye bye Holy Two et holà Ojos. Le duo lyonnais se métamorphose et lance les Capsulas : des reprises hispaniques en hommage aux grands pontes de la chanson française comme Cabrel, Christophe et Bashung. Et vous êtes invités à participer !

Ce groupe de rock originaire de Lyon a crée Holy Two en 2013. C’était leur tout premier projet, leur moyen d’expérimenter mais aussi de comprendre où étaient leurs limites artistiques. Après avoir sorti plusieurs albums et EP sous cette identité, le duo formé par Elodie et Hadrien « repart de zéro » avec Ojos (les yeux en espagnol) et son « background » musical, une évolution logique selon eux leur permettant d’être « plus libres dans la façon d’aborder leur musique » : 

« C’est drôle car on est architectes tous les deux, et en architecture, on peut faire mille projets avec toujours une même patte, une signature, même si les projets sont très différents. En musique, c’est moins évident. En tout cas on ne le voit pas comme une nouvelle identité, plutôt comme un nouveau projet. » 

Références anglophones et hispanophones

Ojos sonne hispanique, certes, mais ne veut pas dire que le duo va complètement dire adieu à l’anglais. Plus de 80% des morceaux qu’ils écoutent sont en anglais à l’image des patrons du hip-hop américain Kendrick Lamar, Kenye West mais aussi d’artistes comme la chanteuse israélienne Noga Erez ou encore la rappeuse autrichienne Mavi Phoenix. Ce que vous ne saviez peut-être pas, c’est qu’Elodie, la chanteuse d’Ojos est d’origine chilienne. Les membres d’Ojos ont toujours beaucoup écouté de la musique latine et espagnole notamment faite par des femmes telles que Lola Flores, Mercedes Sosa ou encore Violetta Parra. 

« On trouve qu’elles dégagent une intensité particulière, qu’on essaie de retranscrire dans nos morceaux. On adore le romantisme de la langue espagnole, on trouve qu’elle a tendance à amener une profondeur et une longueur assez rares. »

L’idée de chanter en espagnol leur trottait dans leur tête depuis un moment. Pour ce nouveau projet, ils ont eu envie de se permettre d’assumer totalement cette part d’eux-mêmes en l’associant avec de l’anglais et parfois même, du français.

Les capsulas 

Les capsulas ce sont des formats courts de vidéos de reprises à la manière de Ojos, en attendant patiemment les prochains morceaux post-confinement. Après avoir sorti 2 premières Capsulas, Residentes de la republica (Résidents de la République d’Alain Bashung) et Las palabras azules (Les mots bleus de Christophe), ils reviennent avec la reprise de La Corrida de Francis Cabrel. Aujourd’hui, les taureaux confinés avant de se jeter dans l’arène, c’est un peu nous : « Depuis le temps que je patiente dans cette chambre noire… » Comme lui, et de manière beaucoup moins frontale, notre objectif est de « survivre ».

Jeu collaboratif Capsula #3

Pendant le confinement, le duo a vu passer l’initiative du « cadavre exquis géant » #Coronamaison lancée par la bédéiste et auteure de la BD féministe, Les Culottées, Pénélope Bagieu. Ils ont trouvé l’idée « drôle et touchante » et ont décidé, à leur tour, de lancer un petit jeu collaboratif. Les règles sont simples : ils envoient aux intéressés la piste de voix et la piste de guitare de la cover de La Corrida pour qu’ils puissent proposer leurs propres versions de ce morceau. Pas mal d’artistes et amis musiciens d’Ojos y ont participé (Johnny Mafia, VXL de Talisco, Inüit…). Le résultat ? Une belle playlist de 45 versions (très) différentes de ce bon vieux Francis, sobrement nommée Est-ce que ce monde est sérieux ? et qui est disponible ici :

Confinés pour mieux créer

Confinés (comme nous tous), Ojos met de côté ses concerts (forcément) ou ses tournages de clip, mais en profite pour mettre en route de nouvelles collabs, réfléchir sur d’autres projets, des visuels, et surtout « écrire beaucoup ». 

« C’est un moment un peu privilégié, sans pression. Sans dire qu’on va écrire une chanson dessus, on trouve plutôt chouette de voir le monde ralentir et célébrer de petites choses simples.

Et si la période peut rendre zinzins certains, Ojos tente de garder son calme et de rester le plus créatif possible tout en prenant le meilleur du oueb, comme Elodie nous confie :

On deviendrait clairement fou si c’était un état permanent, mais comme on sait que c’est une étape, ça force l’imagination, on essaie de se reconstruire des images mentales de la vie, c’est plutôt inspirant. Et surtout on se réjouit de voir surgir des pépites d’internet, c’est toujours un plaisir! »

Et lorsque l’on demande au duo quels sont leurs plans pour la fin de confinement, ils répondent avec toute la sympathie et la légèreté qui les caractérisent :

« Monter une boulangerie avec tous les pains qu’on aura eu le temps de faire, et puis comme un peu tout le monde, faire une énorme fête pour tous les gens dont les anniversaires auront eu lieu pendant cette quarantaine ! »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par 𝙊𝙅𝙊𝙎 (@ojos.music) le


Le premier single d’OJOS devrait sortir avant l’été. Plus d’infos ici.

Margot Brunet-Debaines

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus