Les 7 meilleurs films de vampires à revoir à l’occasion de l’exposition « Vampires » de la Cinémathèque


Sadie Frost dans Bram Stocker’s Dracula de Coppola

A l’occasion de l’exposition Vampires, de Dracula à Buffy qui a lieu à la Cinémathèque jusqu’au 19 janvier 2020, notre redac vous propose de réviser vos classiques cinématographiques en vous replongeant dans ce genre si particulier. Sortez vos gousses d’ail, vos pieux et vos crucifix : la nuit risque d’être longue.

Nosferatu le vampire, de Friedrich Wilhelm Murnau (1922)

Murnau est considéré comme le chef de file de l’expressionnisme allemand des années 20, aux côtés d’autres réalisateurs comme le génie Fritz Lang (Métropolis, M le Maudit, Fury). Nosferatu est l’un des premiers grands chefs-d’oeuvre du cinéma fantastique, mais aussi l’un des tous premiers films d’horreur. Ce film a eu un écho considérable parmi les milieux artistiques de l’époque, et a inspiré les nombreux films de vampire du XXème siècle. Un remake du film a d’ailleurs été réalisé par Werner Herzog en 1979, avec l’effrayant Klaus Kinski dans le rôle du vampire, la grande Isabelle Adjani et Bruno Ganz.

Le bal des vampires de Roman Polanski (1967)

Le film de Polanski figure sûrement parmi les films de vampires les plus drôles. Il met en scène le professeur Abronsius, un savant fou mais extrêmement attachant, et son jeune assistant, le candide Alfred (interprété par Roman Polanski), un peu trouillard mais fidèle. Chasseurs de vampires, leur quête les mène au fin fond de la Transylvanie. Alors qu’ils logent dans une auberge miteuse, la fille de leur hôte, incarnée par Sharon Tate, se fait enlever. Les deux chasseurs de vampires suivent sa trace, qui mène au château du comte Von Krolock, qui prépare un bal annuel des vampires… L’occasion de redécouvrir la divine Sharon Tate (compagne de Polanski au tragique destin), auquel Tarantino a dédié son dernier film Once Upon a time… in Hollywood.


Sharon Tate et Roman Polanski dans Le Bal des Vampires

The Hunger (Les Prédateurs) de Tony Scott (1983)

Comte noir pervers et effrayant. The Hunger met en scène Miriam Blaylock (Catherine Deneuve), une sublime créature qui a en réalité 3000 ans et son mari John (David Bowie) à qui elle a offert l’immortalité. Ce dernier commence à ressentir un vieillissement accéléré et se tourne vers le docteur Sarah Roberts (Susan Sarandon) afin de trouver un remède au mal qui l’atteint.


David Bowie et Catherine Deneuve dans Les Prédateurs 

Dracula de Francis Ford Coppola (1992)

Voilà sûrement l’un des grands chefs-d’oeuvre cinématographiques de la fin du XXème siècle – adapté de l’oeuvre de Bram Stoker. Coppola (Apocalypse Now, Le Parrain, Tetro) adapte le roman originel de Bram Stocker, avec un casting XXL : la fabuleuse Wynona Ryder, le tout jeune Keanu Reeves et l’effrayant Gary Oldman qui campe un Dracula terriblement effrayant. Un film mystique, ultra-esthétique : en un mot, le must du genre !


Gary Oldman dans Bram Stocker’s Dracula de Francis Ford Coppola

Une nuit en enfer, de Robert Rodriguez (1996)

Il fallait bien un gros nanar dans cette sélection, et Une nuit en enfer convient parfaitement. Deux criminels (George Clooney et Quentin Tarantino) prennent une famille en otage près de la frontière mexicaine, après une cavale particulièrement agitée. Ils finissent par échouer dans un rade à la frontière mexicaine, appelé le « Titty Twister » : l’établissement va leur réserver quelques surprises une fois la nuit tombée…


Quentin Tarantino, Salma Hayek et George Clooney dans Une nuit en enfer

Vampires de John Carpenter (1998)

Jack Crow et son équipe de mercenaires sont chargés par le Vatican de localiser les nids de vampires afin de les éliminer. Valek, l’un des vampires les plus balèzes qu’ils aient rencontré échappe à l’un de leur nettoyage et décide de se venger en éliminant une partie de la brigade anti chauve-souris de Crow. Un film-défouloir, avec du bon gore comme on l’aime, dirigé par l’un des maître du cinéma d’épouvante américain.

Only Lovers Left Alive de Jim Jarmusch (2013)

OVNI parmi les films de vampire, Only Lovers Left Alive met en scène deux amants vampires qui ont traversé les siècles, prénommés Adam (Tom Hiddleston) et Ava (Tilda Swinton). Adam vit reclus dans une maison abandonnée de Detroit, tandis qu’Ava vit à Tanger. Les deux survivent tant bien que mal grâce à des poches de sang qu’ils arrivent à se procurer illégalement, mais la lassitude semble les gagner. Certaines incidents vont venir bousculer la tranquillité des deux amants… Esthétique hyper-léchée, scénario ultra-original : Jarmusch transpose le mythe biblique d’Adam et Ève en faisant d’eux « les derniers amants » présents sur terre.


Tom Hiddleston et Tilda Swinton dans Only Lovers Left Alive

Clément Perruche

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus