[POP ART] Quand le collectif Visual System atomise Bruxelles

Bruxelles est devenue une des villes les plus excitantes d’Europe

Musicalement, la Belgique a conquis la France et sa facette artistique nous réserve bien encore des surprises, à la fois atypiques et intrigantes. Dernièrement, c’est l’Atomium, un lieu belge emblématique, qui a décidé de rafraîchir à son image en invitant le collectif Visual System
Véritable monument iconique de la région Bruxelloise, l’Atomium est probablement un des lieux les plus fréquentés en Europe avec plus de 200 000 visiteurs chaque été. Construit à l’occasion de l’Exposition universelle de 1958 et représentant la maille conventionnelle du cristal de fer. Il se compose d’une charpente d’acier portant neuf sphères reliées entre elles et revêtues, à l’origine, d’aluminium. Symboliquement, l’Atomium incarne l’audace d’une époque qui a voulu confronter le destin de l’Humanité avec les découvertes scientifiques.
Depuis l’été dernier, le musée a décidé d’offrir un carte blanche au collectif Visual System pour une installation inédite mêlant lumière et son, et intitulée A Circular Journey. Une expérience visuelle et sonore cohérente dans la mesure ou le lieu avait déjà fait appel aux service du collectif il y a quelques années pour l’installation d’un escalator futuriste. Arnaud Bozzini, le curateur de cette exposition, nous explique à quel point cette proposition était un défi, car il a fallu trouver une manière évidente et intelligente de mêler ces deux univers sans dérouter le public. S’associer à des artistes plus edgy devient ainsi une façon d’élargir une cible tout en la rendant intemporelle.

Un an plus tard, cette collaboration est un grand succès et se prolonge cet été suite à la haute fréquentation du musée depuis cette installation. Plus de 200 000 personnes ont exploré l’expérience mise en place par Visual System et selon Arnaud Bozzini, ce choix audacieux a su fidéliser et rassembler un public très mélangé. Une victoire qui peut également déboucher sur une future collaboration. Nous avons posé quelques questions au collectif de Visual System pour connaître la genèse de ce projet.

Il vous a fallu combien de temps pour réaliser ce projet ?
On va dire 8 mois. On a eu une entière liberté de la part du musée. On avait une idée assez claire en tête dès le début et nous sommes contents que cela se soit concrétisé et que le succès soit au rendez-vous.

Vous avez chacun des ressources différentes pour mettre à bien ce genre de projet ?
Nous sommes plusieurs au sein de Visual System et nous sommes tous complémentaires. Nous avançons vite car nous savons qui fait quoi et on arrive rapidement à être sur la même longueur d’ondes.

L’aspect sonore est assez bluffant, c’est vous qui l’avez composé ?
Non, le concept tourne surtout d’un récit de Stéphane Bauverger et nous avons fait appel à Thomas Vaquié pour l’aspect musique.

C’était une suite de logique de continuer votre collaboration avec l’Atomium ?
Oui totalement. Notre vison est très proche de leur univers et ce défi était intéressant et exigeant, surtout pour nous. Le fait d’introduire une installation plus contemporaine et déroutante n’est pas toujours facile. Mais le succès a été au rendez-vous et si le public a aimé, nous avons rempli notre mission.

C’est quoi la suite pour vous ?
Nous sommes actuellement en train de travailler sur un autre projet en Asie, puis d’autres projets un peu partout dans le monde se mettent petit à petit en place.

 

 

Ivica M.

 

 

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus