La Colombie électronique

 

L’introduction de la musique électronique en Colombie donne lieu à la création d’un nouveau genre encore méconnu du public français.

 

Parfois nommé Electropical, il est difficile de donner une étiquette à ce style de musique tant les morceaux peuvent être différents les uns des autres. Mais si on devait trouver un dénominateur commun, ce serait les rythmes. Des percussions en tous genres se rajoutent au classique pied techno ou house et de jolies sonorités de gaitas (flûte traditionnelle colombienne) et des chants en espagnol donnent à l’Electropical sa couleur si particulière.

Ce genre offre un grand nombre de possibilités de création : les stars du mouvement, Ghetto Kumbé, jouent une house afro-caribéenne efficace ; la Payara revisite la cumbia ou la música Llanera en les mélangeant avec de la techno.

La richesse de l’electropical se trouve dans la production mais aussi dans les lives : la plupart du temps ces artistes offrent des lives hybrides, performances bluffantes qui montrent la complémentarité indéniable des machines et des instruments (ici souvent des percus).

Le meilleur exemple est ce live de Mitú qui fait monter la pression d’une main de maître et envoûte son public comme un chaman en triturant les rythmes, pendant qu’un percussionniste joue à un rythme quasi inhumain.

L’electropical est vraiment une histoire de rythmes. Un exemple des plus parlants est le dembow : ce rythme popularisé par le reggaeton et sans arrêt revisité, qu’on retrouve dans la musique de Bleepolar, mélangé avec son univers électro-spatial et obscur.

Pour remonter aux origines du genre, on identifie comme pionniers du genre Pernett, Savan, Dani Boom ou les plus mainstream Bomba Estéreo qui ont débuté ces expérimentations vers le milieu des années 90.

Pour aller encore plus loin, vous pouvez jeter une oreille à une web radio passionnée et spécialisée dans la musique électronique provenant d’Amérique Latine : Radio Chiguiro.
Vous pourrez y écouter des milliers de tracks de colombiens, chiliens ou encore argentins, comme les pointures du genre : Compadre (Chili), Lagartijeando (Argentine) ou Mula (Rep. Dominicaine).
Et vous pourrez aussi découvrir l’univers d’un artiste du mouvement, invité chaque semaine à jouer une mixtape en exclusivité.

Retrouvez Ghetto Kumbé à Rennes le 3 avril, et à Paris (au Festival Chorus le 6 avril et au Chinois de Montreuil le 20 avril).

La Payara sera en tournée cet été dans les plus grands festivals européens dont le Roskilde le 6 juillet, avec un voire des passages à Paris.

Compadre est actuellement en tournée au Chili et débarquera en Europe durant l’été.

 

David C.

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus