[POP TALK] Corine, l’afro-disco à la française

On a parlé coolitude, coiffure et chaleur italienne avec Corine, lors du Très Cool festival

Née à Rognes, elle se considère comme « rognasse ». Fille du sud, elle est heureuse de faire partie de la première édition du Très Cool. Amoureuse de la scène, elle joue avec son public, pour leur donner le sourire et véhiculer une énergie positive. Et surtout elle aime beaucoup la normandie !

Ca fait quoi d’être une fille très cool ?

Ahah merci. Je ne me dis pas ça tous les jours quand je me réveille ! Ce que je véhicule dans mes chansons (de l’humour) c’est ce que je suis naturellement. J’aime le lâcher prise et ne pas me prendre trop au sérieux, mettre de l’humour dans les situations très tendue. Je pense que la joie et l’humour sont deux armes importantes de nos jours et qui peuvent désamorcer des situations.

C’est ton vrai prénom Corine ? 

Ce n’est pas mon vrai prénom, mais mon nom de scène, celui que j’assume. C’est un prénom que j’ai choisi. Il y a plusieurs sens dans Corine : celui des années 80 qui était un mot de passe pour certaines drogues, c’est l’image de ce mouvement disco, et le moyen pour les communautés (homosexuel, transe, noire) de se battre et de défendre un language.
Après j’ai connu pleins de Corine petite et je trouve le prénom très beau.

Comment te coiffes-tu le matin ? 

Le matin j’ai une énorme choucroute ! Ahah non, je ne me coiffe pas vraiment, c’est ça toute la subtilité de ma coiffure. Je travaille avec un extraordinaire coiffeur créateur qui à l’habitude de travailler dans le cinéma (avec Mathieu Chedid notamment). Mais je dirais que le secret c’est de l’entretien.

« Il fait chaud », paroles italiennes, il y a t-il un jeu de séduction dans tes chansons ? 

Complètement ! Je suis une grande fan de l’italo-disco qui dégage une sensualité.
Quand j’ai commencé à écrire mes textes, c’est aussi le résultat de mon expérience de femme et de me dire comment je peux assumer ma féminité et en parler avec humour (ce qui me permet d’en parler encore mieux).

Tu nous parle de ton prochain album ? 

Il y a des textes plus mélancoliques, dans lesquels il y a plus de chants. Des choses différentes tout en restant dans cette tonalité qui est la mienne.

2018, l’année du disco ?

Quand j’ai commencé mon projet il y a 4 ans, c’était pas du tout revenu à la mode. Il y avait L’Impératrice, Paradis qui avaient commencé mais on s’est jamais posé la question pour Corine. C’est une évidence car c’est vraiment le style de musique que j’aime, qui me porte depuis toute petite aussi avec le jazz, la funk.
C’est génial car quand « Pourquoi, pourquoi » est sorti, pile poil à ce moment là, la disco revenait à la mode. C’était mon destin finalement !

Photos : @camillehattu
Interview : @sophierabreau

 

 

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus