Chris(tine), sans rancune, raconte sa version des faits

L’artiste androgyne introduit Chris et en profite pour exorciser ce que ses démons lui susurrent à l’oreille.

Les occasions ne sont que trop rares quand il s’agit d’observer un réel talent dont la beauté réside dans une humanité à fleur de peau. Mi-prière, mi-cri, « Doesn’t Matter (voleur de soleil) » dépeint l’équilibre fragile et presque trop poli qu’a trouvé Chris(tine) entre la brûlure infligée par le regard des autres et la vitalité nucléaire qui lui subtilise le contrôle de son corps et de ses pensées.

 Chris(tine) signe cette prise de recul sous la forme d’un réquisitoire à l’encontre d’une multitude qui la juge ouvertement.

En nous livrant « Doesn’t Matter (voleur de soleil) », Chris(tine) entreprend le récit de la bataille d’une vie menée par cette même humanité prise au piège de sa propre trajectoire : alors que Chris(tine) recherche délibérément la compagnie de ceux que la multitude a rejeté, apercevez-vous, entre les arrangements et les instruments, ce cri rauque et qui pourrait sembler désespéré ?

Chris(tine) s’adresse à l’individu et non à la masse, et enjoint chacun de nous à puiser dans ce soleil de poche. Résultat d’un arbitrage quotidien entre Eros et Thanatos, Chris(tine) fait le premier pas et dévoile ses questionnements.

 

Sortie du prochain album de Chris(tine and the Queens) le 21 septembre prochain sur Because Music.

Alexandre est sur Instagram @alaidet

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus