Lous and the Yakuza se dévoile avec le clip entêtant et crevant de sincérité « Dilemme »


Extrait du clip « Dilemme » de Lous and the Yakuza

La rage au ventre mais toujours le sourire au coin des lèvres, cette jeune espoir belgo-congolaise assurera une création artistique aux Transmusicales de Rennes. Son orageux premier single résume avec pudeur la dualité qui l’habite.

Succédant à Aloïse Sauvage et Stromae, cette jeune artiste de 23 ans est l’un des espoirs francophones les plus attendus des Transmusicales de Rennes 2019. Invitée à présenter une création musicale à l’Aire Libre, elle bénéficiera d’une résidence avant de performer une semaine durant, du 4 au 8 décembre.

Après des semaines de teasing sur son compte instagram, cette autrice compositrice nous révèle aujourd’hui un premier single et du même coup son premier clip, Dilemme, ainsi qu’une courte interview pour faire les présentations.

Dilemme, toute une histoire

Réalisé par Wendy Morgan, entre Paris et Londres, le clip de Dilemme suit la jeune femme et ses danseurs, ses « Yakuzas », menés par le chorégraphe de renom Abdou Nije, entre l’hôtel particulier du Goldsmith Hall, la banlieue Est de Londres (Surrey Quays), et le Pont Birakeim.

D’une sincérité désarmante, Lous and the Yakuza est une pierre brute qui saura vous apprivoiser par son timbre de voix teinté de Khôl et ses mélodies lumineuses. Multiple et caméléon, elle passe d’une perruque afro à une crinière rouge feu, d’un tatouage tribal sur le visage à un naturel troublant. Guerrière et amoureuse, elle nous raconte ici et avec beaucoup de pudeur son histoire douloureuse entre l’Afrique (Congo puis Rwanda) et l’Europe, la maladie et les galères, les trahisons et les amis…

La vie est une chienne qu’il faut tenir en laisse.
Tout ce qui m’entoure m’a rendue méchante.
Dans ce monde c’est le diable qui est roi.
Quand je suis triste je chante.
(…)
Je veux être seule.

On te découvre avec le titre Dilemme qui semble résumer avec beaucoup de pudeur ton histoire personnelle…

L : Bonjour, oui c’est un titre assez sombre lyricalement qui résume, je pense parfaitement, l’état dans lequel je me trouvais… Jadis, mais encore aujourd’hui. Je vie dans une dualité constante.

Tu n’hésites pas une seconde à être cash et à cacher ce côté sombre qui t’habites… On sent une colère en toi ? Une rage de vivre ?

L : Une colère, je ne dirai pas. Un côté « dark » qui n’en a pas? Et ayant plus souvent survécu que vécu, une tristesse ambiante se fait ressentir peut-être, mais surtout une rage de vaincre.

Pour ton premier album on peut s’attendre à quoi ?

L : On peut s’attendre à la vérité, ma vérité.

Sur la production de ton futur disque et de ce titre, on trouve El Guincho (qui a aussi travaillé pour Rosalia), qu’est ce qu’il t’a apporté à ta musique ?

L: El Guincho, que j’appelle toujours le sourire au coin « Uncle Pablo » s’est avéré être un réel atout dans mon développement artistique. Je pense qu’il m’a apporté énormément en terme d’apprentissage musical et il en a tellement fait qu’il serait impossible d’énumérer chaque étape, tellement il y en a eu. C’est le réalisateur de mon premier album, et pour ça je lui en serai éternellement reconnaissante.

Quels sont les autres artistes qui t’ont épaulé et ou inspiré sur la scène belge d’où tu viens ?

L : Je pense que tout mon entourage artistique m’a énormément soutenu, et ils m’ont chacun inspiré à leur manière, via des discussions, des engueulades, des silences par fois même… Krisy (De la Fuentes), Negdee, Primero, YellowStraps, Ducke x Rex, Lio Brown, Yseult, Rockwan, Blu Samu, Damso, Swing, Loxley, Mems4real, Ponko, Prinzly, Alienpizza x Virgo, Drea Dury, Youri Botterman, et beaucoup d’autres… m’ont inspiré par leur travail acharné.

Dans ton clip, tu mets en scène un arc qui te pointe de sa flèche, à quelle métaphore fais-tu référence ?

L : C’est une métaphore de l’amour qui me tombe dessus, c’est l’extase. C’est une représentation de la statue de Sainte Thérèse, touchée par l’extase de l’amour, qui me touche

Sur ton compte instagram, on peut découvrir une toute autre facette de ta personnalité, très colorée, tes danses, tes photos de mannequin. On pourra aussi en trouver sur ton album ?

L : Oui, je suis de nature très festive, contre toute attente (rires). Mais je suis une amoureuse et passionnée de la vie, et je pense que ca se sentira aussi dans mon album.

A quoi on peut s’attendre pour ta création aux Transmusicales de Rennes ?

L : Au meilleure show de l’année! (rires)

 

Voir cette publication sur Instagram

 

J’ai le plaisir de vous annoncer que mon premier single “Dilemme” sortira le jeudi 19 septembre. ⏳J-5 ⏳ Produced by @ponkoproductions & @elguincho / Mix by @alextumay / Mastering by Chab Master 📸 @trishaward

Une publication partagée par LOUS AND THE YAKUZA (@lousandtheyakuza) le


Lous and The Yakuza en concert aux Transmusicales de Rennes, du 4 au 8 décembre à l’Aire Libre. Découvrez la programmation complète de la 41e édition du festival ici.

Le premier single de Lous and the Yakuza est disponible en ligne sur toutes les plateformes.

Abigail Ainouz

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus