Mathilde Fernandez est décidément inclassable

Et elle le prouve une énième fois avec « Chanteuse de Guerre »

Inclassable, oui, mais à quel niveau nous direz-vous ? Eh bien à tous. Déjà, la voix. Quelque part entre Nathalie Dessay et Kate Bush, d’autres la compare aussi à Mylène Farmer, dont elle cultive le côté goth-kitsch version internet. Il y a aussi les paroles, mi-poème mi-sarcasme, au bord de l’absurde et toujours suprenantes. Et puis il y a tout le reste, notamment un don pour la performance et la scénographie qui rendent ses concerts plus inattendus et jouissifs les uns que les autres.

Comme elle n’est jamais là où on l’attend, Mathilde Fernandez s’est entourée pour ce dernier clip de Los Cogelones, quatre frères musiciens mélangeant instruments traditionnels, chants aztèques et punk rock anglais. Elle s’y présente en icône politique imaginée pour séduire et rassurer les masses face à l’horreur du monde. Et comme elle ne fait jamais les choses à moitié, « Chanteuse de Guerre » a été produit dans la ville de Nezahualcóyotl, un des plus grands bidonvilles de la banlieue de Mexico. Entre chorégraphies enfantines et peur sur la ville, cette dernière sortie de Mathilde Fernandez confirme son statut d’OVNI pop et rococo.

Mathilde Fernandez sera de passage à Paris demain 22 juin au festival les Enfants Sauvages, toutes les infos juste ici.

POP

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus