We Love Green nous bluffe pour cette édition 2019

Prog de haute volée, appels à projets, innovations green…We Love Green nous gâte

Une fois n’est pas coutume, la programmation finale du festival We Love Green dévoilée il y a peu est époustouflante.

En tête d’affiche, on retrouve notamment les australiens de Tame Impala pour leur unique date parisienne ou encore le duc de Boulbi, BOOBA,  dont on a régulièrement entendu parler ces derniers temps…

Deux soirs au bois de Vincennes, le samedi 1er juin et dimanche 2 juin, où vont se donner rendez-vous des milliers de festivaliers pour profiter pleinement de la performance d’une cinquantaine d’artistes, tous plus variés et talentueux que les autres. Pour faire un rapide tour sur les concerts programmés, la scène rap se verra investie par l’américain Future, notre très cher Vald, celle qu’on ne présente plus Aya Nakamura, la belge qui monte en puissance Blu Samu. Côté scène électronique, on retrouve notre cher Mr Oizo, la sud-coréenne Peggy Gou, le DJ anglais Bonobo. La scène électro-pop n’a rien à envier aux autre puisqu’elle reçoit le magique Flavien Berger, l’anglais Rex Orange County et l’américain Toro y Moi.

Bref, vous l’avez compris, We Love Green, c’est une multitude de concerts qui nous donnent envie de pouvoir nous dédoubler pour ne pas en louper une miette. Mais c’est pas fini !

Comme son nom l’indique, le festival souhaite éclairer et informer sur l’importance de l’écologie, et si vous n’êtes pas férus d’environnement, We Love Green vous donne de multiples possibilités de vous y attarder, ne serait-ce qu’une minute, lors de votre venue sur le site.

Cette année, en collaboration avec la rédaction du Monde est mis en place un projet de Think tank qui questionne sur la lenteur de la transition écologique. Plusieurs experts et professionnels interviendront à ce sujet, l’occasion de débattre et d’avoir des réponses à nos questions.

Plusieurs appels à projets ont été lancés également, notamment pour l’art et la scénographie. Sous forme de musée à ciel ouvert, We Love Green offre un espace d’expression inédit pour des jeunes artistes et talents de la scène internationale. Et cette année, c’est Fabrice Bousteau, directeur de la rédaction de Beaux-arts magazine et Le Quotidien de l’art, qui obtient le rôle de parrain. Si ça t’intéresse, tu peux y jeter un oeil juste ici.

Autre appel à projets, et pas des moindres pour un festivalier qui se respecte : la restauration. En 2019, We Love Green s’associe à Ecotable pour labélliser, accompagner les restaurants dans leur démarche durable, contrôler les matières premières et les différents process de tous les restaurants sélectionnés. Thématique de l’édition : Paris Nous nourrit. Les restaurateurs qui souhaitent se présenter devront explorer un territoire gustatif dans un rayon de 180km autour de Paris.

Enfin, un appel à start-up a été lancé pour accompagner et donner un coup de pouce à une dizaine de start-up qui auront la chance de présenter leurs innovations au sein d’un hub commun et central où les festivaliers pourront à la fois découvrir et tester les innovations d’aujourd’hui et de demain. Si tu penses correspondre, rends-toi sur cette page DIRECT !

Au-delà d’une lourde programmation qui joue beaucoup dans sa notoriété, We Love Green est un festival dans l’ère du temps, conscient des problématiques qui se posent à nous et respectueux du lieu sur lequel il s’invite. Si la musique prédomine durant ces deux jours, c’est aussi l’occasion de nous interroger sur des questions qui comptent.
Toutes les informations sur leur site internet ou sur l’event Facebook ici.

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus