[POP TALK] : Sôra, la nouvelle pépite pop

Connaissez-vous Sôra ? Peut-être pas, mais ça va bientôt changer.

Les streams et les vues s’accumulent pour la jeune femme à l’univers bien affirmé. Entre Soul et electro, les tracks de Sôra impressionnent par une identité forte et une maturité remarquable,  parfaitement accompagnés par un univers visuel déjà très identifiable. Nous avons rencontré la jeune chanteuse qui nous a raconté son parcours et ses ambitions.

Peux-tu te présenter ? D’où viens-tu ?
Hello, je suis Sôra, initialement Julia. Je viens de Paris et d’ailleurs : ma famille est anglo-hispanique, mon grand-père pakistanais… c’est dire ! Je ne me sens pas uniquement française, j’aime assez le terme citoyenne du monde…

On sent que tu as plein d’influences différentes, qu’est ce qui t’as donné envie de faire de la musique ?
Le plaisir extraordinaire et les émotions que la musique me procure, c’est ce qui m’a vraiment fait choisir cette voie. La musique est pour moi un apprentissage continu, infini. C’est particulièrement excitant ! Je dois cependant beaucoup à mes parents qui mettaient toujours de la musique à la maison et notamment à ma mère qui m’a inscrite très rapidement à des cours de piano.  Ensuite, je dois dire que lorsqu’un de mes meilleurs potes de lycée m’a proposé de chanter dans son groupe, ça a été un gros tournant.
A peine sortie de la première répétition avec eux, c’était devenu évident : il fallait que j’arrête de percevoir la musique comme une utopie lointaine ou inatteignable et que j’en fasse ma priorité.

Comment est-ce que tu composes et écris tes morceaux ?
Je n’ai pas de recette. Il m’arrive d’écrire les paroles avant la mélodie mais aussi de me mettre au piano et de suivre mon inspiration. C’est ce qui fait la beauté de la composition !

Tu as une identité déjà très forte que ce soit dans tes morceaux ou dans tes clips. Est-ce que tu avais réfléchis à tout ça ou c’est complètement spontanée ?
Merci ! Je pense qu’avoir une identité forte et claire est assez indispensable pour exister sur la scène musicale actuelle, même si ça nous demande parfois de pas mal nous canaliser ! Je pense que l’univers Sôra a beaucoup de facettes mais ce qui fait notre force aujourd’hui c’est d’avoir une direction solide à deux. Pour ce qui est des clips, je les vois comme un travail d’équipe : je suis très partisane de laisser le réalisateur s’exprimer, même si j’aime bien donner mon avis sur les choix de la direction artistique.
Je pense qu’un clip est une nouvelle interprétation d’une chanson : c’est donc important que l’artiste derrière la caméra comme les musiciens puisse partager leurs idées dans un climat de confiance. C’est aussi pour moi une occasion d’apprendre plein de choses !

Quels sont tes projets à venir et qu’est-ce qu’on peut te souhaiter pour ce début d’année ?
Nous sommes déjà en train de préparer les prochaines sorties, notre ambition est de sortir l’album avant la fin de l’année. On a aussi pas mal de dates en vue et on adore se produire en concert, alors vous pouvez nous souhaiter d’en faire plein en 2019 !

T’as un coup de cœur à partager ?
En coup de coeur je vais proposer un petit titre de Phony Ppl, avec de jolis arrangements de violons, parce qu’ils méritent de la lumière : « One Man Band », c’est dans le dernier album.

Sôra sera en concert le 22 février au Badaboum (Paris)

Talk Antoine B.
Photo Thomas Braut

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus