[POP CORN] Hier soir j’ai vu L’Art de la Fugue

Hier soir, j’ai vu… L’art de la fugue, de Brice Cauvin, avec Laurent Laffitte, Nicolas Bedos, Benjamin Biolay, et Agnès Jaoui

Hier soir, j’ai vu… une merde. Un film vraiment nul. Mal écrit, mal interprété, mal produit. J’étais fatiguée, et un peu naïve aussi. Un film français sur Netflix, j’y ai cru, j’aurais pas dû.

J’ai vu 3 types soi-disant écrasés par la pression du couple, et soit disant complètement asphyxiés par l’amour étouffant de leurs parents. Les 3 frères, version bobo-chiante, bien-pensante et sans humour. C’était ennuyeux à souhait et en plus ça se prétendait intelligent. Pire, ça enfilait les clichés comme des perles, entre 2 répliques qui sonnent faux et 3 jeux de mots foireux.

J’ai vu des types donc. On avait là un gay qui bosse dans l’art (Laurent Laffite), un séduisant misogyne grand financier (Nicolas Bedos) et un looser romantique aux cheveux gras en instance de divorce (Benjamin Biolay) – forcément, compliqué de maintenir son ménage à flot quand on se lave pas les cheveux, et vice versa. C’est fin, c’est très fin, ça se binge sans faim. Mouais…

J’ai pas vu grand-chose d’autre. Mais j’ai quand même regardé ça jusqu’à la fin. Histoire de pas louper un hypothétique rebondissement de fou et l’inévitable happy ending. J’en voulais pour mon argent. Et j’ai bien fait : la clef du film était dans le générique « Le film n’est jamais que l’histoire de ses conditions de production », Jacques Rivette. Rien que ça. Tout s’explique. Soit ce film est une ode assumée à la médiocrité, soit y en a qui règlent leurs comptes. Bref.

Hier soir, j’ai vu… « L’art de la fugue », et ça m’a donné envie de partir en courant.

Sorti en 2015. Disponible sur Netflix en ce moment.

Charlotte est sur Instagram @charlottebals

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus