Pop en Stock : Les nouveaux Punks

Il y a quelques années, nous découvrions non sans une certaine fascination Fat White Family.

© Tom Oxley

Au-delà de leurs chansons plutôt convaincantes dans le genre rock garage expérimental, ce sont les histoires autour du groupe et la personnalité des types qui nous ont intriguées. Drogués, violents, rois du mauvais goût et de la provocation, édentés pour certains, connus pour jouer la bite à l’air et se défoncer en plein live, la Fat White Family créait sa légende au fil des lives et des déboires successifs.

En 2016, on apprenait sans grande surprise que le groupe faisait « une pause » après le départ en cure de Saul Adamczewski, le guitariste et tête pensante du groupe.

Rien de bien neuf sous le soleil donc, le genre de destins vus et revus dans l’histoire du ROCK’N’ROLL.

Sauf qu’elle ne s’arrête pas là, justement, et que la bande de cramés de la FWF, a prouvé qu’elle valait mieux que sa réputation de connards.

De son côté, Lias Saoudi, le chanteur des FWF, rejoint à l’époque The Moonlandingz. On retrouve les fondamentaux : du rock électronique sous le signe du désespoir et des excès. La sauce prend et The Moonlandingz fait parler de lui avec un EP séduisant et des lives convaincants. Lias confirme son talent de frontman déglingué, génial et exaspérant, à mi chemin entre Iggy Pop et le mec chelou qui s’envoie des Ricards le dimanche matin.

D’autre part Saul Adamczewski sort de cure. Une cure plutôt efficace. Même si le bonhomme a gardé son regard vide et son sourire de clodo, il lance le projet Insecure Men avec son ami d’enfance Ben Romans-Hopcraft, lui-même chanteur de Childhood. Produit par Sean Lennon, l’album sorti début 2018 est une réussite. Il est glam, pop et mélodique, bien loin de la noirceur des Fat White. En live, ils s’entourent d’anciens potes de FWF, c’est le bordel mais c’est jouissif.

On prend les mêmes et on recommence. Voilà que Saul et son pote Ben se joignent au groupe punk The Warmdüsher. C’est carrément brut et bestial, pas question de faire dans la dentelle. Dans le clip « The Sweet Smell Of Florida », Saul se met en scène dans une fausse sextape qui donne pas du tout envie.

Saul est effectivement en grande forme, 2018 c’est son année. Les Fat White reviennent en force avec le retour de son génial guitariste. Un retour remarqué notamment par un concert à Rock en Seine, quelques heures après le live tout aussi réussi d’Insecure Men, où règne nonchalance et relents de Kro.

Vous l’avez compris ces saletés sont partout. Et depuis longtemps…

Avant même les Fat White Family, les deux têtes pensantes Lias et Saul avaient fait preuve d’un certain talent. En 2006, Saul était le chanteur de The Metros, dont l’une des chansons s’est retrouvée dans un épisode de Gossip Girls -assez ironique quand on connait le personnage. A l’époque il chantait comme un mauvais Kooks et faisait des plateaux télé avec Lili Allen, mais il suffisait de s’attarder sur son regard pour comprendre que la cure de désintox n’était pas bien loin.

Entre FWF, Moonlandingz, Childhood, Warmdüsher, et Insecure Men, ces petits salopards ne sont pas loin d’être à l’initiative de 50% des groupes anglais les plus excitants de cette dernière décennie. Respect.

Antoine est sur Twitter et sur Instagram 

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus