[POP TALK] MIG 20, l’espion 2.0

 

 

On a parlé The Clash, Tagada et IPhone 7+ avec Vincent Migrenne

Mig20, c’est quoi ?
Je m’appelle Vincent Migrenne, ou Migrenne Vincent au choix. Attention sur Instagram, Mig20 étant déjà pris, je m’appelle vinmig. C’est aussi le nom d’un avion de chasse russe des années 50, je ne suis pas fan, mais ca sonne plutôt bien.

Quel est ton parcours ? Comment es-tu arrivé à la photo ?
J’aime beaucoup le graphisme. Quand j’étais gamin j’ai beaucoup regardé les pochettes de disques de mes 33 tours, surtout les Clash avec Sandinista : cette photo en noire et blanc, dans la rue, avec les quatre mecs, et surtout leur look que j’ai du faire en pochoir 25 000 fois

Mais j’ai fini rédacteur dans la pub. Mais la vie continue, ca ne m’empêche pas de continuer à faire des photos.

Tu es concepteur/rédacteur, tu rajoutes des commentaires à tes photos ?
Ca y rajoute de la poésie, de l’humour et un décalage.

Tu n’as jamais eu envie de faire de la vidéo, de faire vivre tes images ?
Je prends mes photos sur l’instant. D’ailleurs parfois le temps que je sorte mon téléphone je loupe de super images.
J’aimerais beaucoup faire des clips, mais j’ai pas le temps de tout faire !

Sucreries visuelles ?
C’est des photos douces, légères, colorées, pop, sucrées, acidulées, qui font du bien aux yeux, qu’on a envie de consommer comme un paquet de Tagada : on met la main dedans ne sachant pas quand on va arrêter.

Tu fais les photos Pop Chef pour BETC kitchen, c’est ta deuxième passion la cuisine ?
Je fais les Pop Chefs pour Betc Kitchen car avant tout j’adore faire des portraits. Durant les shoots, je parle beaucoup avec les chefs, je passe un moment sympa avec eux, j’apprends à les connaitre. Après quand je goûte leur cuisine j’y retrouve toute leur personnalité. Je ne pensais pas que la photo pourrait m’aider à comprendre la cuisine.

 

Comment as-tu construit ton livre ?
J’aime bien mettre deux photos face à face pour raconter une petite histoire. Elles sont liées que ce soit par les couleurs, ou l’histoire qu’elles dégagent. Je suis également un malade des lignes. J’aime le béton, je suis un gars de la ville. J’aurais adoré faire archi !

Tu dis que les images doivent raconter quelque chose. Ton bouquin, c’est un peu un roman ?
J’adore me poser des questions autour de mes photos, finalement avec ce livre chacun y interprétre son histoire. J’aime beaucoup les gens et ce qu’ils dégagent.

Photos qu’à l’iPhone?
Je fais des photos avec mon iPhone 7+, soit avec un DXO One que je rajoute dessus. C’est vraiment l’appareil photo des agents secrets. Ne pouvant recadrer avec l’Iphone cela me force à me rapprocher au maximum. Si je me fais repérer je shoot à gauche en regardant à droite. Je n’ai pas retouché les photos de mon livre. Je ne fais des retouches que lorsque je dois les mettre sous cadre. Je rafale pour ne rien louper. A l’argentique, il n’y a pas ce format carré, c’est une autre façon de faire de la photo.

Comment as-tu le réflexe photo : à l’instinct ou à la recherche du cliché parfait ?
Perso et photo ca rime (surtout chez moi). Aujourd’hui tout le monde à son téléphone à la main, moi je fais des photos avec.

Bientôt une expo ?
J’ai déjà fait 3 expos à Paris. Pourquoi pas une quatrième ?

 

 

 

 

« Sucreries visuelles » est disponible sur le site Outofthephone à 28€.

Sophie est sur Instagram @sophierabreau 

 

 

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus