[POP EN STOCK] L’île aux chelous

S’il devait y avoir une coupe du monde de pop psyché, l’Australie serait sans doute la nation favorite.

Depuis plus d’une décennie maintenant, on peut lire dans n’importe quel medium spécialisé (et même chez nous) que l’Australie est la terre promise, un vivier de groupes et artistes plus talentueux les uns que les autres. Ce serait faire preuve de mauvaise foi que de remettre en cause ce règne. Cependant, il existe une autre île qui baigne dans le même océan, et qui n’a finalement pas grand-chose à envier aux Aussies : La Nouvelle-Zélande.

Quand on pense Nouvelle-Zélande, on imagine de vastes paysages verdoyants, des montagnes et des lacs, des hobbits et des rugbymen. Mais ce sont aussi des musiciens qui se sont imposés comme de nouvelles références, avec comme trait communs un sens de la mélodie et de l’exploration musicale. N’insistez pas, voici nos 3 coups de coeur :

CONNAN MOCKASIN  

Connan Mockasin – comme la chaussure à gland éponyme-  est un illuminé, avec tout ce que cela implique. Physiquement, on reconnait rapidement sa tignasse blonde, son visage atypique (pour ne pas dire un peu moche) et ses tenues de lumière. Musicalement, le Néo-Zélandais est le précurseur d’une pop psychédélique tordue. C’est une personnalité hors-norme, dont le premier album Forever Dolphin Love a pour thème principal l’amour d’un homme pour un dauphin.

Dès ce premier album, pourtant pas facile d’accès, Connan devient culte : sonorités bizarres, chansons déstructurées, chants atypiques. Rien ne laissait présager que cette voix si douce de chat en rut, allait devenir une superstar de la pop indé, source d’inspiration et tête de proue d’un nouveau style.
Son nouvel opus Con Conn Was Impatient sortira le 12 octobre prochain et ses concerts affichent déjà complets au 4 coins du globe.

UNKNOWN MORTAL ORCHESTRA

Créé en 2010 autour de Ruban Nielson, le groupe n’a cessé de prendre de l’ampleur au fil du temps. Une pop psyché et racée qui n’hésite pas à proposer des sonorités parfois surprenantes voire dissonantes, créant une atmosphère unique. Auteur de 2 très bons premiers albums encensés par la presse, UMO connait un succès mondial avec son 3ème album Multi-Love, une ôde à l’amour multiple et inspirée de faits réels (chanteur coquin).

Ils sont de retour en 2018 avec un album qui tient toutes ses promesses : le titre « Hunnybee » est du genre à rester en tête toute la journée et on se retrouve à le siffloter aux cabinets. Plouf.

JONATHAN BREE  

Natif d’Auckland, Jonathan Bree a débuté sa carrière d’artiste avec le groupe The Brunettes. Depuis 2013, le multi-instrumentiste a sorti sous son propre nom pas moins de trois albums. Adepte d’une pop orchestrale et nébuleuse, Bree (comme le fromage) combine sa voix suave de crooner à des mélodies lancinantes et éthérées pour un résultat feutré et hypnotisant. Son titre « You’re So Cool » est un tube implacable.

Comme ses compatriotes Néo-Zélandais, Jonathan Bree aime le bizarre : que ce soit dans un clip ou pendant ses lives, il n’apparait jamais sans son masque en collant blanc et sa perruque en coupe au bol.  La classe Néo-Zélandaise.

EN BREF on est sur des mecs chelous qui se mettent des bas sur la tête, niquent avec des dauphins et collectionnent les femmes, le tout dans une maîtrise parfaite de leur art et l’invention permanente de nouveaux genres. Et comme on dit là-bas, CIAO BELLO !

Antoine est sur  Twitter ET Instagram.

 

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus