Alors, viande ou pas viande ?

Difficile de passer à côté des tribunes successives survenues dans Libé et Mediapart cette semaine, et pour cause, elles soulèvent un vaste sujet de conscience collective.

On vous résume l’affaire.

LES TRIBUNES

Le 18 mars, Paul Ariès, Frédéric Denhez et Jocelyne Porcher signent une tribune « Pourquoi les végans ont tout faux » . Dès le lendemain,  Florence Dellerie leur répond sur Mediapart sous forme de ping pong « Véganisme : pourquoi Paul Ariès, Frédéric Denhez et Jocelyne Porcher « ont tout faux » ».Elle est rejointe par L214 puis Aymeric Caron.

LE MATCH

D’un côté la Team Viandards dont les arguments principaux (majoritairement sans source) sont :

-Ça fait 12000 ans que les hommes et les animaux évoluent ensemble, et les animaux sont bien contents car ils ont acquis une « seconde nature », celle de nous comprendre. Cool. C’est vrai qu’ils ne s’échappent pas du tout des abattoirs ou des camions, ni ne se débattent.

-Depuis les années 60 «  il n’existe plus de famines liées à un manque de ressources. Quel progrès ! ». C’est vrai qu’on en est pas du tout arrivé à un point où les ressources sont gaspillées en occident, hein.

-Sans le fumier, l’écosystème des sols serait moins riche. Aux dernières nouvelles, le veganisme n’empêche pas aux vaches de faire caca.

-Le véganisme est mauvais pour la santé car il oblige à se nourrir de produits transformés pour éviter les carences. Si on sait manger correctement il y a tout ce qu’il faut dans les noix, le blé et les fruits et légumes, donc non.

-Le véganisme va détruire une écologie stable et les paysages «sauf à obliger chômeurs, prisonniers et clochards à faucher et à couper les herbes, ou à produire des robots brouteurs » D’accord d’accord.

-Le véganisme n’est pas politique et ce n’est pas en libérant les animaux domestiques (vaches, poules, chiens et chats) qu’on se séparera des multinationales. Etre vegan ce n’est PAS être antispéciste (écrire à six mains pour ne pas checker une définition c’est compliqué).

-Le véganisme c’est de l’élevage sans animaux et revient donc à créer de la viande artificielle pleines d’OGM et d’hormones. Parce que les animaux d’élevage ne sont pas défoncés aux hormones peut-être ?

«Le véganisme est dangereux»  (LOL) parce que les hommes ont toujours mangé de la viande et que ça les a forcé à partager. Forcément, à 8 sur un mammouth, ça crée des liens. Chacun son tartare, pas sûr que ça crée plus de lien qu’une poêlée de légumes.

Le tout sous forme d’attaques contre le veganisme. Moyen constructive la tribune.

Réponse de la Team Végane :

-Rappel de la demande végane : « la fin de l’exploitation imposée aux animaux sans nécessité »

-Il ne faut pas confondre collaboration et exploitation « Il faut se méfier des situations dans lesquelles c’est le bourreau qui décrète ce qu’est un échange équitable» et gros doute sur l’anthropomorphisme qui consiste à penser que les animaux veulent vivre avec nous les hommes géniaux, ce qui n’a rien à voir avec le véganisme d’ailleurs qui demande le droit des animaux à disposer d’eux mêmes et ne prétend pas savoir ce qu’ils pensent.

-Le problème de la famine est hors-sujet , le véganisme n’a jamais prétendu résoudre les problèmes de famine, juste celui de l’exploitation et de la souffrance induite des animaux.

-Sur la question de l’agriculture et de la richesse des sols, hors-sujet également. La Team Viandards ne donnant aucune donnée ou référence scientifique tangible, compliqué de répliquer.

-Le véganisme n’a pas la prétention de rendre la santé à tout le monde, mais son expansion permettrait de limiter considérablement les problèmes environnementaux et dangereux pour la santé liés aux élevages.  La Team Végane relève encore une fois l’absence totale de sources chez l’opposant Viandards.

-Les produits transformés ne sont pas plus nécessaires dans le régime végan que dans l’omnivore.

-L’environnement n’a pas attendu l’arrivée de l’homme et de ses élevages pour se développer, donc prétendre que sans intervention humaine tout foutra le camp relève de l’ineptie. Il faudra néanmoins trouver une solution pour ne pas avoir de vaches sur l’autoroute.

-Le véganisme n’est pas un truc de jeune cool, et oui, c’est politique. Parce que ça veut changer les choses.

-Sur l’histoire de la viande artificielle, la Team Végane note un « raisonnement fallacieux » de la part de la Team Viandards et rappelle que «  plus de 50% des antibiotiques actuellement produits dans le monde sont destinés aux animaux d’élevages (OMS, 2001) ». Pépouze.

«Les êtres humains peuvent se passer totalement de produits d’origine animale tout en vivant en parfaite santé ». Ça s’appelle de l’éducation.

-Quand la Team Viandards dit « donner – recevoir – rendre est le triptyque de nos liens. Que sera l’humanité sans cet échange fondamental ? » la Team Végane répond « on peut tout aussi bien donner, recevoir et rendre un sac de haricots plutôt qu’un cadavre de lapin ». Mic drop.

ET DONC, QU’EST-CE QU’ON FAIT ?

En 2018, on ne peut plus ignorer les conditions d’élevage, de traitement et d’abattage des animaux que nous consommons, ni l’impact environnemental dramatique que cela génère (1500L d’eau pour faire un steak, 26,61KG de Co2 émis pour 1KG de boeuf).

Il y a deux choses fondamentales qui s’affrontent et que révèle ce débat.

D’une part, un souci de conscience, personnelle et collective. Les véganes et les végétariens (dans les eux cas on s’oppose à la mise à mort de l’animal sans nécessité) choisissent (ou pas) de regarder une vidéo d’abattoir, d’être écoeurés, de se renseigner et d’agir en conséquence, chaque jour, dans leur mode de consommation personnelle, en conscience. L’autre équipe choisit est également écoeurée (ou sociopathe) et choisit de s’accrocher à des arguments non sourcés et autres lieux communs pour pouvoir fermer les yeux et continuer à consommer régulièrement de la viande de façon plus ou moins responsable.
Pour ma part, je suis devenue végétarienne car je ne considère pas que mon plaisir gustatif doive susciter la souffrance puis la mort d’un autre être.

L’autre chose importante, et c’est la raison même pour laquelle la tribune de la Team Viandard est écrite sous forme d’attaques et de sarcasmes, c’est que NON, il n’y a pas de jugement de valeur. Si un vegan ou un végé est ultra militant et ne parle que de ça, et vous explique en boucle que vous êtes un monstre, c’est sûr c’est chiant et ça donne envie d’aller s’enfiler un steak et trois poulets, normal. Les vidéos ignobles qui circulent ne sont pas là pour faire culpabiliser mais pour agir en électrochoc selon l’équation suivante : j’ai vu, je sais, je ne veux plus être complice.

Le mieux c’est toujours d’en parler.

Je vous laisse là la conférence qui m’a définitivement fait changé d’avis il y a bientôt trois ans.

Agathe est sur Instagram @ag_rou

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus