[ITW] Altin Gün, psyché, turc… et hollandais.

0005_3

La tradition sauce psyché 1970′ : un tout  jubilatoire et hypnotique.

Altin Gün c’est le nom d’ un groupe aussi inattendu que génial. Ca commence comme un banal coup de foudre, celui du bassiste de Jacco Gardner, Jasper Verhulst, et de la scène psyché turque des années 70.

De record shops en concerts, Jasper tombe amoureux. En rentrant à Amsterdam, il formera le noyau d’Altin Gün avec ses deux compagnons de chez Jacco, Ben Rider à la guitare) et Nic Mauskovic à la batterie. La partie turque du groupe sera ensuite recrutée sur Facebook : la flamboyante chanteuse Merve Dasdemir ainsi que Erdinc Yildiz Ecevit, chanteur et joueur de saz rejoindront le groupe. Le percussionniste de Jungle By Night, Gino Groeneveld, viendra enfin compléter la formation, Altin Gün est né, l’ « âge d’or » littéralement, un groupe en forme d’hommage.

0006_4

Le sextuor reprend les standards du rock anatolien des 60′ ou 70′ avec des arrangements de leur confection. Le tout est jubilatoire, accessible et hypnotique et le live, émouvant et énergisant.

De passage à Paris pour leur concert (génial) du 11.02 à la Maroquinerie nous avons discuté avec Jasper Verhulst et Erdinc Yildiz Ecevit -en ramasse post concert mais non moins sympathiques.

Vous avez l’impression de rendre la musique turque plus accessible au reste du monde?

C’est super si on a cet impact mais ce n’est pas pour ça qu’on a commencé ce projet.
Jasper : j’avais juste du temps devant moi et je savais que je voulais continuer à jouer live. En me demandant quoi faire je me suis dis que ça serait génial de bosser avec des musiciens turcs. J’adore cette musique et je vis dans un quartier d’Amsterdam où beaucoup de turcs vivent aussi, alors je sais pas, ça m’a semblé naturel, sans grand message en sous-texte.

En quoi la musique psyché turque est-elle différente de celle produite plus au nord?

La psyché turque utilise beaucoup de la tradition, autant dans les instruments que dans la manière de les jouer. Aux Pays-Bas par exemple personne n’utilise son propre héritage musical, les gens ont toujours copié ce qu’il se passait en Angleterre ou aux USA.
La musique turque, elle, combine le son des années 70 avec des standards ancestraux.

À Jasper – Qu’as-tu appris de la musique et de la culture turque?

Je n’ai pas vraiment appris la musique de façon scolaire, je ne connais rien en théorie. La seule chose que je sais c’est que j’adore jouer et écouter cette musique, c’est surtout ça que j’ai appris.

Jouer en Turquie c’est différent du reste de l’Europe?

Tous les gens qui viennent aux concerts sont super positifs et contents, mais on rencontre aussi des Turcs qui sont un peu plus sceptiques parce qu’ils connaissent ces standards par coeur. Question de goût aussi. En Turquie ou devant un public Turc c’est différent parce qu’ils chantent tout, qu’ils ont grandi avec et qu’ils comprennent les paroles, ça change tout. Et il y a encore une différence entre les gens d’Istanbul et ceux de l’extérieur, mais globalement les gens sont contents.

Est-ce qu’il y a une ambition politique dernière cette formation?

Jasper – Le moment où j’ai commencé à penser à ce projet correspond à celui du coup d’Etat en Turquie. Forcément, je me suis dis que ça serait cool de faire quelque chose de positif, mais ça n’était pas politique. C’est juste chouette de pouvoir amener des bonnes vibes turques aux gens ces temps-ci.

Qui sont vos idoles?

Jasper – Je n’ai pas d’idoles, je juge la musique par chanson, je n’achète que des singles. Mais tout de même Joe Meek, c’est le premier qui me vient en tête.
Erdinc – Neşet Ertaş.

Vous jouez des standards, vous avez envie d’écrire vos propres chansons aussi?

Peut-être, peut-être pas… Il y a encore beaucoup de ces chansons traditionnelles qu’on veut faire entendre. On verra!

Vous vous considérez pop?

Oui, on est totalement dans la tradition pop de « rendre populaire », peut-être pop alternatifs mais pop c’est sûr.

 

Sortie de l’album le 30 mars prochain.
Prochain concert dans le cadre de Banlieue Bleue le 28 mars salle des Malassis à Bagnolet.

Photos : Agathe Rousselle
Agathe est sur Instagram @ag_rou

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus