Qui sont les sorcières modernes?

Stevie Nicks

Stevie Nicks

Balais, nez crochus et jus de chauve-souris, tout ça c’est fini.

Vous avez dû vous en rendre compte, sur vos réseaux, chez vos amis chelous ou peut-être même chez vous si votre nana s’est récemment acheté un stock de sauge et de cailloux, la magie se répand comme une traînée de poudre de perlimpinpin.

Les sorcières ne sont  jamais vraiment éteintes avec les bûchers de la fin du Moyen-Âge, ni suite aux chasses aux sorcières des XVe et XVIe siècle, elles se sont seulement faites plus discrètes et ont commencé à refaire surface dans les années 1990, en Allemagne notamment (docu génial ici). Depuis l’avènement d’Internet, des réseaux sociaux et le sursaut féministe mondial (au moins occidental), on assiste à un génial retour de fame des pratiques magiques.

American Horror Story, The Coven

Commençons par le commencement: une sorcière, c’est quoi, c’est qui?

Ont de tous temps été considérées comme sorcières les femmes (et certains hommes) dotées de clairvoyance (les voyantes quoi), de pouvoirs (magnétisme) et de toutes sortes de pratiques occultes et rituels (communication avec la nature et les morts), qui n’entraient pas dans le cadre d’une religion établie. Si elle a longtemps été perçue comme une source maléfique, celle qu’on appelle sorcière aujourd’hui renvoie davantage à l’image du chaman d’Amérique du Sud, lié à la nature et disposé à faire le bien. Pour Jack Parker auteure de Le Grand Mystère Des Règles (Flammarion) et de la newsletter Witch Please, il s’agit surtout d’un « choix de vie qui peut avoir plein d’aspects bénéfiques au quotidien », à l’heure où la vie quotidienne est totalement dé-ritualisée.

Edmond Grasset, Trois Femmes et Trois Loups, 1900

Edmond Grasset, Trois Femmes et Trois Loups, 1900

Qu’est-ce qu’elles fabriquent?

Déjà, elles fabriquent des choses, littéralement : un autel, des mélanges d’herbes, des tisanes… Tout un tas d’éléments à haute portée symbolique dans lesquels placer ses intentions et invoquer les esprits qui nous protègent, nos morts quoi. Les notions de connection, d’énergie, de magnétisme et de rituels sont au coeur des activités de nos sorcières de 2018. L’idée qu’il existe des forces dont l’existence dépasse la rationalité, c’est la base.

Instagram de Jack Parker

Instagram de Jack Parker

via peonyandbee.tumblr.com

via peonyandbee.tumblr.com

Nous avons interrogé Tifenn-Tiana, qui a commencé sa vie de sorcière très jeune. « Les femmes de ma famille portent ce don depuis des générations, j’ai dû en hériter. Ça a d’abord été les rêves prémonitoires puis l’écriture automatique. C’est venu tout seul». Cette dernière pratique consiste à entrer en contact avec un esprit, un mort, de pouvoir établir un dialogue avec lui ou tout simplement de recevoir son message. Sceptique? Comment expliquer alors qu’elle ait un jour écrit un texte entier en malgache parfait, langue qui lui est parfaitement étrangère?
Tifenn-Tiana guérit aussi les brûlures remplissant ainsi la fonction première d’une sorcière: l’aide et la guérison.

Elle propose aujourd’hui ses services de oui-ja, écriture automatique, magnétisme et tarots divinatoire via son site, garanti sans fées ni animations douteuses.

Mh mh, je te vois froncer les sourcils.

C’est vrai c’est troublant et dérangeant pour celui qui s’accroche à une réalité validée par la science, mais quand une brûlure est soignée par magnétisme, force est de constater que bon, ben, ça existe.

Sabrina the Teenage Witch

Pourquoi ce revival du XXIème?

Être une sorcière en 2018 c’est aussi l’occasion d’appartenir à une communauté de femmes (et d’hommes) bienveillantes et unies dans une même volonté d’impact positif. Cet impact, s’il peut être dirigé vers l’autre, l’est avant tout envers soi-même. Parce que même si vous n’avez pas développé plus de don que ça, les rituels, la médiation, se concentrer sur une intention positive pour soi ou pour autrui, prendre un bain avec les sels que vous aurez constitué selon vos besoins et mille bougies, ça ne peut faire que du bien et par conséquent attirer le bien.
C’est ce que propose Jack Parker, sorcière qui via sa newsletter dispense recettes et conseils mais aussi des infos sur le sabbat d’Imbolc ou ce qu’on appelle une « blue moon », les cycles lunaires ou les cristaux à associer à un sommeil agité. L’idée c’est surtout de se recentrer et de se faire du bien.

Pour elle, « la figure de la sorcière a toujours été une figure monstrueuse, qui fait peur, qui est laide, qui vit seule, qui est aigrie et qui veut du mal aux gens (quand les hommes étaient traités en enchanteurs, comme dans les Visiteurs ou Merlin le bien nommé, ndlr. Pour beaucoup, ce sont des femmes indépendantes et savantes qui ont été diabolisées parce qu’elles osaient montrer qu’elles n’avaient pas besoin d’hommes pour survivre et qu’elles savaient même guérir, réconforter, et tirer partie de leur environnement pour s’aider et aider les autres. Je sens que les jeunes se réapproprient l’image du monstre pour en faire une figure de pouvoir, une figure à craindre et à respecter, et qu’ils puisent leur force dans cette représentation pour prendre leur revanche sur des siècles et des siècles d’oppression. Et je trouve ça plutôt cool ».

La sorcière a ainsi forcément à voir avec le féminisme, puisqu’elle se débrouille très bien toute seule et qu’elle évolue avec une communauté qui partage les mêmes valeurs. Jack Parker ajoute « une sorcière par définition respecte la nature, son environnement, l’équilibre qui va avec et refuse les injustices et les inégalités. Ça va de pair. On accepte tout ou rien ». 

Charmed

À tendance florissante, business explosif. Si Madame Irma existe toujours un peu et que le business de la voyance est l’un des plus rentable dans le monde (charlatans de tous bords compris), notamment depuis les années 2000 et Internet, une nouvelle génération de sorciers s’expose sur les réseaux sociaux. Les hashtag #witchofinstagram et #witchcraft référencent ainsi plus de 2,5 millions de posts sur Instagram. Les sites comme Haute Macabre ou Olde Ways (qui est d’ailleurs un homme) dispensent ainsi potions, bougies et consultations par email ou par téléphone et jouissent d’un nombre de followers digne de it-girls anglaises.

Capture d’écran 2018-01-24 à 14.53.32 Capture d’écran 2018-01-24 à 14.55.20

Envoûté.e.s?

Agathe est sur Instagram @ag_rou

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus