Heath Leadger, clown blanc des salles obscures.

i-am-heath-ledger-movie-trailer-resize

22 janvier 2008, une overdose ébranle Hollywood, Heath Leadger n’est plus.

7 mois plus tard, en guise de cadeau d’adieu, l’acteur nous offrait l’une de sa plus belle et ténébreuse interprétation : le Joker, ennemi symbolique du Batman de Christopher Nolan.

Heath Ledger représentait cette génération d’artiste prête à faire fondre et à détruire sa propre identité pour accepter et adapter celle d’un nouveau personnage.

Pour le Joker, Heath Ledger s’est retrouvé seul avec lui-même :
“Il s’est enfermé dans une chambre d’hô­tel, dans son appar­te­ment pour envi­ron un mois pour élabo­rer son person­nage dans sa tête. C’était tout à fait typique de ce que faisait Heath pour n’im­porte quel film, il s’immer­geait dans son person­nage et je pense que là il avait juste atteint un tout autre niveau,” explique son père dans un extrait du docu­men­taire I am Heath Leadger  (2017)

Mais l’acteur était bien plus que ça.

Rôle symbolique dans  Le Secret de Brokeback Mountain  il se retrouve dans les bottes d’un cow-boy homosexuel. Avec Jack Gyllenhaal, ils sont les porte-paroles d’une grande histoire d’amour, épique, foudroyante, touchante qui détruit les complexes d’une société encore ancrée dans le conservatisme.

Heath Leadger était fasciné par le mystère de la vie. C’était un être doté d’une intelligence émotionnelle incomparable.

C’était un grand artiste et comme eux, il est parti trop tôt.

 

Matteo est sur Instagram @matteoveca

En poursuivant votre navigation, vous autorisez l'utilisation de cookies pour vous permettre une meilleure expérience et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus